Une question d'emplacement

Publié le 28/04/2012 à 06:00, mis à jour le 27/04/2012 à 16:28

Une question d'emplacement

Publié le 28/04/2012 à 06:00, mis à jour le 27/04/2012 à 16:28

Que devez-vous espérer de votre investissement immobilier ? Beaucoup de facteurs entrent en jeu. L'un des plus importants : l'endroit où vous achetez.

Devrions-nous craindre une correction majeure comme celle qu'ont connue les Américains ? C'est peu probable, estiment les économistes consultés par A+. Ils pensent plutôt que la valeur des maisons stagnera au même niveau que l'inflation.

Cependant, attention. L'immobilier, c'est avant tout une affaire d'emplacement. Dans certaines régions du Québec, les valeurs immobilières n'ont pas fini de grimper. Et dans certains secteurs bien précis, les maisons risquent de perdre de la valeur au cours des prochaines années.

Dans les petites villes minières et métallurgiques, le prix des habitations a littéralement bondi en 2011. Sept-Îles, par exemple, traverse une pénurie de main-d'oeuvre... et de logements. La ville manque de tout : maisons unifamiliales, appartements de luxe... Même des copropriétés sont en construction dans cette collectivité de moins de 27 000 habitants. Là-bas, la valeur médiane d'une unifamiliale a augmenté de 17 % en 2011.

Même chose en Abitibi, à Val-d'Or et à Rouyn-Noranda, en plein boom minier, où les hausses sont de 16 et 15 %, respectivement. Dans ces villes, le marché immobilier n'est pas près de s'essouffler.

«Dans la région de Sept-Îles, la population devrait continuer à croître jusqu'en 2019, dit Chantale Routhier, économiste, Études économiques, chargée des régions au Mouvement Desjardins. Donc, les hausses importantes des dernières années ne sont vraiment pas inquiétantes.»

La baisse de la demande de métaux en Chine pourrait toutefois renverser la tendance. Mais pour l'instant, les économistes ne craignent pas un tel scénario.

À la une

Budget fédéral 2024: Ottawa pige 19,4G$ dans les poches des ultrariches et des entreprises

16/04/2024 | Denis Lalonde

BUDGET FÉDÉRAL 2024. La mesure devrait servir à éponger le déficit de 39,8 G$ prévu pour 2024-2025.

Budget fédéral 2024: Ottawa veut encourager les régimes de retraite à investir au Canada

16/04/2024 | Denis Lalonde

BUDGET FÉDÉRAL 2024. Ottawa veut inciter les régimes de retraite à investir au pays, mais sans y consacrer d’argent.

Ce budget écrit à l'encre rouge foncé ne fera pas que des heureux

16/04/2024 | Sandra Aubé

EXPERTE INVITÉE. Les contribuables les mieux nantis passent à la caisse.