Le Panier bleu: Québec devrait annoncer un site transactionnel d'ici l'été

Publié le 29/04/2022 à 07:47

Le Panier bleu: Québec devrait annoncer un site transactionnel d'ici l'été

Publié le 29/04/2022 à 07:47

Par La Presse Canadienne

Québec veut faire une annonce d’ici juin, a dit le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, jeudi. (Photo: La Presse Canadienne)

Après un résultat mitigé, le Panier bleu va finalement affronter Amazon sur ses terres en devenant un site transactionnel avec l’aide de partenaires privés. Québec veut faire une annonce d’ici juin, a dit le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, jeudi.

«On va être capable d’annoncer avant la fin de la session parlementaire la création du Panier bleu transactionnel que nous avions promis, a dit le ministre lors de l’étude des crédits de son ministère. Ça va être une belle annonce.»

Le gouvernement a injecté 4,1 millions de dollars dans l’aventure depuis son lancement en avril 2020 au début de la pandémie. M. Fitzgibbon a confirmé que Québec injectera plus d’argent dans le projet, mais il n’a pas voulu préciser le montant avant l’annonce officielle. «Il va y en avoir plus, c’est sûr, mais il y aura de l’argent du privé aussi.»

Le ministre n’a pas précisé à quel point le projet sera avancé au moment de l’annonce. Il n’a pas été possible de savoir si le ministre faisait allusion à un site transactionnel fonctionnel ou au dévoilement de détails sur le projet, comme le nom des partenaires ou des échéanciers. Il faudra attendre l’annonce avant d’avoir la réponse à cette question, a dit l’attaché de presse du ministre, Mathieu St-Amand. 

Le Mouvement Desjardins et la Banque Nationale ont déjà investi 600 000 $ lors d’une première phase de ce projet. 

Seulement 14% des Québécois auraient utilisé le Panier bleu, selon un sondage de NETendances, dévoilé en mars. Un peu moins de la moitié des répondants, soit 46%, ont dit qu’ils utiliseraient l’outil une fois qu’il aura un volet transactionnel. 

 

Fermetures inévitables

M. Fitzgibbon a reconnu, jeudi, que des fermetures d’entreprises seraient inévitables lorsque les programmes de soutien économique adoptés durant la pandémie cesseront. «Ce n’est pas vrai que les 15 000 entreprises qu’on a sauvées vont toutes survivre», admet-il.  

Plus tôt cette semaine, à la même commission, le ministre avait confirmé qu’il annoncerait la fin du programme Aide d’urgence aux petites et moyennes entreprises (PAUPME) et du Programme d’action concertée temporaire pour les entreprises (PACTE). 

Le gouvernement doit aussi déterminer les modalités de remboursement des prêts accordés dans le cadre de ses programmes. Au total, les 15 000 entreprises qui ont profité du programme doivent 1,3 milliard $ au gouvernement.

Le début de la période de remboursement devait commencer au plus tard le 30 juin. Le gouvernement prévoit dévoiler les modalités de remboursement. Ces modalités ne seront pas uniformes et seront adaptées selon différentes situations, avait déjà fait savoir le ministre. 

Le porte-parole libéral en matière d’économie, Marc Tanguay, a de nouveau questionné le ministre sur le sujet des fermetures d’entreprises, jeudi. M. Fitzgibbon a affirmé que le PAUPME et le PACTE avaient «tellement bien réussi» que le nombre de fermetures avait été inférieur à ce qu’il était avant la pandémie. 

«Est-ce que les programmes PAUPME et PACTE ont allongé la survie de gens qui, soit devaient changer leur modèle d’affaires et qui ne l’ont pas changé, car ils avaient un incitatif, ou qui allaient mourir de toute façon? On va le savoir dans deux ans», a dit le ministre.

Sur le même sujet

À la une

Bourse: Toronto clôture en hausse de plus de 150 points, Wall Street fermée

Mis à jour le 04/07/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. À Wall Street, les marchés étaient fermés en raison de la fête nationale des États-Unis.

À surveiller: Alimentation Couche-Tard, Shopify et Quincaillerie Richelieu

04/07/2022 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Couche-Tard, Shopify et Quincaillerie Richelieu ? Voici quelques recommandations.

Les fondations doivent-elles planifier leur disparition?

Édition du 11 Mai 2022 | Maxime Bilodeau

PHILANTHROPIE. «Est-ce qu’on y gagnerait davantage collectivement si les fondations acceptaient de mourir?»