Des cyberattaques attribuées à la Russie ont visé le Canada

Publié le 04/10/2018 à 10:44

Des cyberattaques attribuées à la Russie ont visé le Canada

Publié le 04/10/2018 à 10:44

Par AFP

L’agence mondiale antidopage (AMA), basée à Montréal, a fait l’objet d’une cyberattaque dont le renseignement militaire russe (GRU) est « fort probablement responsable », a annoncé jeudi Ottawa.

L’AMA et le Centre canadien pour l’éthique dans le sport (CCES, chargé de la lutte antidopage au Canada) ont été visés en 2016, a déclaré le ministère canadien des Affaires étrangères.

« Aujourd’hui, le Canada joint sa voix à celles de ses alliés pour dénoncer une série de cyberopérations malveillantes réalisées par l’armée russe », poursuit le communiqué, alors que les Pays-Bas, l’Australie, la Grande-Bretagne, l’OTAN et l’Union européenne accusent également Moscou de cyberattaques.

En 2016, l’AMA, agence internationale indépendante, « a révélé que le groupe de pirates informatiques Fancy Bear /APT28 avait divulgué des renseignements confidentiels sur des athlètes sur son site web », détaille le gouvernement. « Le groupe avait obtenu illégalement ces renseignements en piratant le système d’administration et de gestion de l’AMA ».

La même année, le Centre canadien pour l’éthique dans le sport (CCES), chargé de la lutte antidopage au Canada, « a été compromis par un logiciel malveillant qui a permis d’accéder sans autorisation au réseau du Centre », poursuit le ministère.

Dans ces deux cas, « le gouvernement du Canada estime que le GRU est fort probablement responsable de ces actions ».

L’AMA a décidé le mois dernier de réintégrer l’agence russe antidopage, suspendue depuis novembre 2015 pour son implication dans le système de dopage d’État dans le sport russe entre 2011 et 2015.

À la une

Mini-budget Girard: un exercice d'équilibriste

Mis à jour à 13:06 | Jean-Paul Gagné

CHRONIQUE. Éric Girard avait raison d’afficher un large sourire quand il a présenté son mini-budget.

Négocions un Buy North American, ça presse!

ANALYSE. Le nationalisme économique et le protectionnisme aux É.-U. sont là pour de bon. Il faut un «game changer».

Que la politique s'occupe mieux de nous!

COURRIER DES LECTEURS. Le taux de participation, je l’ai aussi en travers de la gorge! Mais pas pour les mêmes raisons…