Achats en ligne: Québec perd des centaines de millions par année de revenus fiscaux

Publié le 08/06/2022 à 10:33

Achats en ligne: Québec perd des centaines de millions par année de revenus fiscaux

Publié le 08/06/2022 à 10:33

Par La Presse Canadienne

La vérificatrice générale du Québec, Guylaine Leclerc (Photo: La Presse Canadienne)

Le Québec se prive chaque année de centaines de millions de dollars de revenus fiscaux par son laxisme à imposer la taxe de vente (TVQ) sur les achats en ligne effectués auprès de fournisseurs situés hors Québec.

C’est ce que conclut la vérificatrice générale, Guylaine Leclerc, dans son rapport annuel 2021-2022, déposé mercredi à l’Assemblée nationale.

Chaque année, le gouffre financier ne fait que s’aggraver, puisque les consommateurs ont tendance de plus en plus à passer par internet pour effectuer leurs achats hors du territoire québécois. La valeur de ce type de consommation est passée de 6,6 milliards de dollars en 2014 à 20,9 G$ en 2020.

En matière de pertes fiscales pour le trésor québécois, le manque à gagner auprès de fournisseurs situés hors Québec n’est pas négligeable. Il a été évalué par la vérificatrice à 270 M$ en 2017 et à 365 M$ en 2020.

Dans son audit de performance d’une cinquantaine de pages, Mme Leclerc tape sur les doigts de Revenu Québec, qui selon son analyse n’a pas entrepris toutes les démarches requises pour s’assurer que le fisc réclamait tout son dû. 

Depuis le 1er juillet 2021, la TVQ doit être perçue sur les biens vendus par l’entremise de plateformes de distribution. Les fournisseurs hors Québec doivent percevoir et remettre la TVQ à Revenu Québec lors de ventes à des consommateurs québécois.

Mais «malgré les mesures mises en place, le Québec subit toujours des pertes fiscales pour les biens provenant de l’étranger importés au Québec par courrier ou messagerie», écrit la vérificatrice, estimant que la récupération des sommes dues «pourrait être plus élevée». 

«Revenu Québec doit améliorer ses contrôles afin d’augmenter la récupération fiscale sur ces biens», conclut la vérificatrice. Elle note par exemple que 10 multinationales étrangères ont choisi de remettre à Québec la TVQ perçue sur une base trimestrielle plutôt que mensuelle. Cela revient à dire qu’elles ont pu «profiter de l’équivalent d’un prêt annuel d’environ 25 M$». 

Mme Leclerc note également que le manque de contrôle observé chez Revenu Québec dans le dossier des fournisseurs étrangers crée «une iniquité à l’égard des entreprises québécoises». Il revient à Revenu Québec de s’assurer que les fournisseurs hors Québec «ne bénéficient pas d’un avantage concurrentiel par rapport aux fournisseurs québécois», recommande-t-elle dans son rapport.

Sur le même sujet

Anglade «n'a pas été une cheffe d'opposition officielle efficace», dit GND

Au lendemain du premier débat, Gabriel Nadeau-Dubois s’en est de nouveau pris à la leader libérale.

Cesser de taxer les riches?

COURRIER DES LECTEURS. L'évasion et l'évitement fiscal sont l'éléphant dans la pièce.

À la une

À surveiller: Dollarama, MTY, et Magna

Il y a 13 minutes | Dominique Beauchamp

Que faire avec les titres de Dollarama, MTY et Magna?

Votre équipe aussi peut maîtriser l'art de l'empathie

RHÉVEIL-MATIN. «Maintenant, en tant qu'employeur, on doit mériter le déplacement».

La Banque d'Angleterre intervient face aux turbulences financières au Royaume-Uni

Il y a 28 minutes | AFP

Avec un taux d’inflation de quasiment 10% sur un an, le plus élevé du G7, le Royaume-Uni est déjà en récession.