Une PME québécoise s'attaque au marché de Google Data Studio

Publié le 04/10/2018 à 14:37, mis à jour le 09/10/2018 à 14:09

Une PME québécoise s'attaque au marché de Google Data Studio

Publié le 04/10/2018 à 14:37, mis à jour le 09/10/2018 à 14:09

Par Claudine Hébert

[DashThis]

PME DE LA SEMAINE. Les solutions pour regrouper les données du marketing numérique abondent ces temps-ci. Google offre même la sienne gratuitement. Pourtant, DashThis, une PME de Québec, arrive très bien à tirer son épingle du jeu au sein de cette industrie. Et ce, en monnayant ses services.

Créée en 2011 par Stéphane Guérin, DashThis, une entreprise de type SaaS (logiciel en tant que service), connaît actuellement une croissance fulgurante. Depuis deux ans, la PME est passée de 8 à plus de 30 employés. L’entreprise, dont les revenus se situent quelque part entre 2 M$ et 5 M$, a enregistré une croissance de plus de 1302 % en 5 ans. Ce qui la place au 58e rang des 500 entreprises canadiennes à plus forte croissance en 2018.

Une PME à la conquête du monde

« Notre solution qui permet d’intégrer les données provenant de l’ensemble des outils de marketing numérique (Google Analytics, AdWords, Facebook, LinkedIn…) en un seul tableau de bord, se retrouve déjà dans plus de 70 pays », signale Philip Boumansour, président-directeur général et un des trois associés de DashThis depuis 2016.

Plus de 90 % du chiffre d’affaires provient de l’extérieur du pays, fait savoir M. Boumansour. Les États-Unis comptent pour 47 % du marché, suivent l’Australie (13 %) et le Royaume-Uni (7 %), dit-il. Cette large présence internationale est principalement attribuable au référencement du produit sur les moteurs de recherche. 

Parler directement au client

Mais comment cette PME parvient-elle à se distinguer contre les géants de Silicon Valley ? « Tout repose sur la qualité de notre service à la clientèle à la fois humain, amical et chaleureux. Chez nous, pas question de référer les gens à un forum ou autres communautés du web pour comprendre notre solution, on s’en occupe personnellement », souligne Philip Boumansour.

Dès la première prise de contact, un gestionnaire de compte s’occupe de tout. « Notre équipe n’hésite pas non plus à filmer la procédure d’utilisation du logiciel pour ensuite faire parvenir une vidéo personnalisée au client qui le demande », ajoute Antoine Paré, directeur des opérations, le 3e associé de l’entreprise. Au fait, mentionne-t-il, toutes les communications s’effectuent sur le web. L’entreprise n’affiche aucun numéro de téléphone.

Freiné par le manque de main-d’œuvre

Le site web et la solution de DashThis sont offerts en anglais. « La section pour la consultation des rapports dans le logiciel peut toutefois être traduite en sept langues. De plus, les rapports peuvent présenter des données financières dans quelque 67 devises monétaires », tient à préciser Antoine Paré.

Malgré le succès de DashThis, les associés de cette PME concèdent toutefois que les enjeux de recrutement freinent leurs ambitions. Il faut savoir que le bassin de talents convoité par l’entreprise l’est tout autant par la dizaine d’institutions financières ayant leur siège social dans le secteur de Québec. « Pour faire notre place, on collabore avec les diverses associations universitaires du milieu des technologies. On offre aussi de la formation et des conférences. En fait, conclut le président, on essaie le plus possible de faire du bruit. »

Erratum: dans la première version de l'article, vous auriez dû lire «Google Data Studio» dans le titre, et non pas «Google Analytics».

 

 

À la une

TGF: un demi-tour est nécessaire

Il y a 15 minutes | Raphaël Melançon

BLOGUE INVITÉ. Espérons qu’il n’est pas déjà trop tard pour faire demi-tour avant que le train ne frappe un mur.

Comment feinter les espions industriels?

MAUDITE JOB! «Je dois faire un voyage d'affaires rempli d'espions industriels. Comment sécuriser mon cellulaire?»

Bourse: Wall Street évolue en repli, plombée par les technologies

Mis à jour il y a 7 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Le Bourse de Toronto perdait du terrain en milieu de journée.