Les PME ont de la difficulté à rembourser leurs dettes, selon la FCEI

Publié le 31/08/2021 à 07:00

Les PME ont de la difficulté à rembourser leurs dettes, selon la FCEI

Publié le 31/08/2021 à 07:00

Par Emmanuel Martinez

La restauration et l'hôtellerie sont les secteurs où la proportion d'entreprises ayant contracté des dettes en raison de la COVID-19 est la plus élevée, selon la FCEI. (Photo: Takafumi Yamashita pour Unsplash)

Malgré la reprise économique, les PME peinent à rembourser les dettes contractées durant la crise sanitaire, selon une nouvelle étude dévoilée par la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI).

«Bien que la dette moyenne globale accumulée à cause de la COVID-19 soit relativement stable depuis six mois, son remboursement sera le prochain défi majeur des PME alors qu’elles doivent encore faire face à plusieurs difficultés: revenus insuffisants, capacité d’accueil limitée et incertitude générale alors que l’automne et l’hiver sont à nos portes», affirme le vice-président à la FCEI, François Vincent, par communiqué.

L’organisme souligne que cette problématique est particulièrement vécue par des entreprises durement touchées par le confinement comme celles de l’hébergement, la restauration, des arts et des loisirs.

Néanmoins, le problème est répandu, car 71% des PME ont contracté des dettes en raison de la COVID-19, d’après les sondages que la FCEI a menés auprès des entreprises. Environ 76 % des propriétaires endettés prévoient qu’il leur faudra plus d’un an pour les rembourser.

«Nous avons reçu de très nombreux témoignages de membres qui n’ont pas été en mesure de commencer à rembourser leur dette, laquelle semble impossible à régler à cause de l’augmentation des frais d’exploitation et des revenus inférieurs à la normale», dit le vice-président de la recherche nationale à la FCEI, Simon Gaudreault.

 

Loin de la manne

Malgré la croissance des derniers mois, cette enquête souligne que 17% des PME engrangent toujours moins qu’à la normale pour cette période de l’année, tandis qu’un autre 39 % enregistrent des revenus qui sont seulement dans la moyenne.

En raison des obstacles auxquels font toujours face les entreprises, la FCEI demande à l’État de:

• Faire un plain pour éviter d’autres confinements et fermetures;

• Conserver les programmes de soutien pour la COVID-19 et les taux de subvention actuels jusqu’à la réouverture complète de l’économie et de nos frontières;

• Prolonger le délai de remboursement du prêt du Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes jusqu’au 31 décembre 2024;

• Fournir des aides financières supplémentaires aux PME par l’intermédiaire de programmes de subvention provinciaux.

 

La FCEI déclare l'endettement total des PME est estimé à 139 milliards $ (G$) à cause de la pandémie, soit 4 G$ de plus qu’en février dernier. C’est près de 170 000 $ en moyenne par entreprise.

Les données présentées par la FCEI sont issues de deux sondages. Le premier a été mené en mai avec 5361 réponses et l’autre en août avec 2878 répondants.

Sur le même sujet

Evergrande: retour en bourse, malgré des comptes dans le rouge

20/10/2021 | AFP

L'un des plus gros promoteurs de Chine traîne une ardoise estimée à près de 260G€, qui menace le reste de l'économie.

Evergrande annonce une reprise jeudi de sa cotation en Bourse

20/10/2021 | AFP

Les cotations reprendront jeudi à partir de 9h00, heure locale (21h mercredi, heure du Québec) à la Bourse de Hong Kong.

À la une

S'inquiéter d'une vague d’immigrants?

MAUDITE JOB! «Mon chèque de paie va-t-il bientôt diminuer parce que les employeurs embauchent à bas prix?»

En travail hybride? Faites gaffe aux «boys club»

RHÉVEIL-MATIN. Votre organisation doit faire l'effort d'inclure tous ses employés, même ceux qui travaillent à distance.

Bourse: le S&P 500 à un sommet

Mis à jour il y a 5 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. L'indice principal à la Bourse de Toronto a terminé en hausse.