Voici sur quoi miser pour rapatrier au bureau vos employés

Publié le 26/09/2022 à 08:15

Voici sur quoi miser pour rapatrier au bureau vos employés

Publié le 26/09/2022 à 08:15

Par Catherine Charron

Une étude de Microsoft recommande d'offrir un lieu qui permet aux employés de connecter entre eux. (Photo: 123RF)

RHéveil-matin est une rubrique quotidienne où l'on présente aux gestionnaires et à leurs employés des solutions inspirantes pour bien commencer leur journée. En sirotant votre breuvage préféré, découvrez des astuces inédites pour rendre vos 9@5 productifs et stimulants.


RHÉVEIL-MATIN. Les entreprises doivent se rendre à l’évidence : si elles espèrent augmenter le taux d’achalandage de leur bureau, elles doivent offrir un lieu où leurs employés pourront connecter entre eux.

Ce constat, c’est l’une des trois conclusions que tire Microsoft dans le cadre de son étude annuelle des comportements au travail, qui repose sur 20 000 coups de sonde dans 11 pays différents

Les données qu’elle a collectées et croisées avec celles de LinkedIn et Glint People Science confirment que les employés se ruent davantage au boulot pour nouer des liens et rebâtir des relations avec leurs compagnons de travail, chose qui est plus complexe à faire lorsqu’ils se trouvent tous derrière leur écran.

Ce sont 84% des personnes interrogées qui sont motivés à y remettre les pieds si on leur promet qu’ils pourront discuter avec leurs collègues, alors que pour 73% des répondants au sondage de Microsoft, c’est de savoir que les membres de leur équipe immédiate y seront aussi qui les convainc. Une proportion similaire d'individus dit y retourner pour revoir leurs amis, surtout chez les jeunes de la génération Z (79%).

L’une des autres principales raisons pour lesquelles ceux-ci reviennent au bureau serait qu’ils souhaitent se tailler une place au sein de leur organisation, selon ce que rapporte la géante de Seattle, en cherchant notamment un mentor. Près de 80% des membres de la Génération Z et des millénariaux espèrent y échanger avec des employés d’expérience, et 80% comptent le faire avec leur supérieur immédiat.

Miser là-dessus aura des répercussions plus durables sur le retour au bureau que les politiques de travail contraignantes à elles seules ou un marché de l’emploi incertain. En effet, 73% des répondants estiment «avoir besoin d’une meilleure raison pour se déplacer que les attentes de l’entreprise uniquement», est-il écrit par Microsoft.

Les leaders doivent donc veiller à alimenter leur «capital social», mis à mal par le travail hybride selon 68% des dirigeants sondés. Précisons qu’on ne fait pas ici référence aux fonds qu’injectent les associés dans une entreprise, mais bien du dynamisme social au sein de l'organisation.

Les employés aussi ont été témoins de l’érosion des liens qui les unissent aux autres membres de leur organisation : la moitié pensent que leurs relations avec des collègues qui ne font pas partie de leur équipe immédiate se sont détricotées, alors que 43% se disent déconnecter de leur entreprise en général.

Pour renverser la vapeur, le rapport indique que les patrons doivent absolument s’assurer que le milieu de travail soit un lieu propice aux échanges entre employés. Or, les répercussions de leurs efforts ne doivent pas être contrecarrées par le télétravail qui, l’étude doit-elle le souligner, ne disparaîtra pas de sitôt.

Après plus de deux ans à se le voir imposées — d’abord par la santé publique, puis par leurs salariés — les organisations doivent dorénavant réfléchir à ce que représente leur culture d’entreprise, peu importe d’où bossent les membres de leur équipe. Ça signifie de repenser leur «expérience virtuelle», notamment via le type de moyen de communication qu’ils utilisent pour rester connecter avec leurs collègues.

 

Les employés bossent d’arrache-pied

L’étude sur le comportement au travail illustre aussi que les organisations peuvent cesser de se faire du sang d’encre sur la productivité de leurs employés lorsqu’ils sont en télétravail : ses données démontrent qu’ils ne font que bosser davantage.

Ce printemps, le nombre de rencontres virtuelles a bondi de 153% par rapport au début de la pandémie et rien ne laisse croire que ce genre de collaboration est sur une pente descendante. Le problème, c’est que la quantité de réunion simultanée et de conflits d’horaire est aussi en hausse, ayant crû de 46% en un an.

Il constate que l’attention des participants à ces discussions butine, car 42% d’entre eux envoient des courriels et des messages en même temps.

Pour réellement déterminer quel est l’apport de ses employés à l’organisation, Microsoft recommande de ne plus surveiller les tâches qu’ils accomplissent, mais plutôt la valeur ajoutée qu’apporte le fruit de leur travail.

 

Pour ne plus rater ce rendez-vous, recevez votre RHéveil-matin dans votre boîte de courriels!


 

À la une

Pourquoi laissons-nous agir les patrons dominateurs?

Il y a 1 minutes | Olivier Schmouker

MAUDITE JOB! «Mon boss est dominateur, arrogant, invivable. Pourquoi personne ne dit rien contre lui?»

Bourse: Wall Street termine sur un bond, apaisée par les propos du patron de la Fed

Mis à jour le 30/11/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a clôturé en hausse de près de 1%.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

Mis à jour le 30/11/2022 | Refinitiv

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.