Un pas de plus vers la semaine de quatre jours aux États-Unis

Publié le 14/12/2021 à 07:30

Un pas de plus vers la semaine de quatre jours aux États-Unis

Publié le 14/12/2021 à 07:30

Par Catherine Charron

Le représentant californien Mark Takano a déposé pour la première fois en juillet dernier ce document à la Chambre des représentants. (Photo: 123RF)

RHéveil-matin est une rubrique quotidienne où l'on présente aux gestionnaires et à leurs employés des solutions inspirantes pour bien commencer leur journée. En sirotant votre breuvage préféré, découvrez des astuces inédites pour rendre vos 9@5 productifs et stimulants.


RHÉVEIL-MATIN. La semaine de quatre jours commence à se faire des adeptes au Congrès américain.

Mardi le 7 décembre 2021, la centaine de membres du Congressional Progressive Caucus, la branche la plus à gauche du Parti démocrate américain, a appuyé un projet de loi pour implanter la semaine de 32 heures de travail, rapporte CBS News.

C'est le représentant californien Mark Takano qui a déposé pour la première fois en juillet dernier ce document à la Chambre des représentants, afin que les Américains touchent une rémunération à temps et demi dès leur 33e heure de travail accomplie.

Concrètement, il souhaite modifier le Fair Labor Standards Act, loi fédérale qui encadre entre autres le salaire minimum américain, en faisant passer la semaine normale de travail de 40 heures à 32 heures.

Celui qui présente ce projet de loi espère ainsi permettre aux Américains d'avoir un meilleur équilibre entre leur boulot et leur vie personnelle, et que les États-Unis profitent du «retour à la normale» pour redéfinir le monde du travail. «Maintenant plus que jamais, les gens continuent de travailler plus longtemps», déplorait-il en juillet dans un communiqué.

Précisons qu’on ne souhaite pas ici tirer un trait sur la semaine de 40 heures. Au mieux, les employés obtiendraient une meilleure rémunération pour un même nombre d'heures travaillées.

Les travailleurs de l’économie à la demande et les employés dont les heures supplémentaires ne sont pas comptabilisées notamment ne seront pas assujettis à cette loi, si elle est adoptée. Elle donnerait toutefois un cadre pour qu’ils y soient admissibles, a indiqué en entrevue avec MSNBC l’économiste principal du Center for Economic and Policy Research, Dean Baker.

Il ajoute que dans sa forme actuelle, ce projet de loi englobe déjà la majorité des Américains.

S’il est bel et bien adopté, il forcerait les entreprises à optimiser leurs activités, à l’instar de la France, qui a emprunté un chemin similaire au début des années 2000. Ne souhaitant pas payer de primes salariales après 35 heures, les employeurs ont restructuré leur milieu de travail afin de rendre plus efficace chaque salarié.

Le représentant et leader de la minorité républicaine à la Chambre des représentants, Kevin McCarthy, qualifie plutôt ce projet de loi «d'anti-PME», dénonçant que ce serait plutôt un pas de plus vers une économie socialiste aux États-Unis.

 

Pour ne plus louper ce rendez-vous, recevez votre RHéveil-matin dans votre boîte de courriels!

 


 

Sur le même sujet

Adobe va racheter la plateforme de design collaboratif Figma

15/09/2022 | AFP

Le montant de 20G$US offert par Adobe est très supérieur à la valorisation de Figma lors de sa dernière levée de fonds.

Cessez de «snoozeRH»

27/05/2022 | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. Voici ce que vous avez (peut-être) raté cette semaine.

À la une

Et si François Legault s'inspirait de l'autre modèle allemand?

ANALYSE. L'Allemagne a non seulement un secteur manufacturier très dynamique, mais aussi un mode de scrutin exemplaire.

Le PQ fait peu de cas de la perte de l’appui éditorial du journal «Le Devoir»

Mis à jour à 12:08 | La Presse Canadienne

S’il a perdu le soutien du quotidien, Paul St-Pierre Plamondon espère convaincre les indécis.

Nadeau-Dubois invite à «une grande jase politique» pour convaincre les indécis

Mis à jour à 12:04 | La Presse Canadienne

«Là c'est important de parler à vos parents, grands-parents, de leur dire ce qui vous inquiète pour l'avenir.»