Cessez de «snoozeRH»

Publié le 08/04/2022 à 08:20

Cessez de «snoozeRH»

Publié le 08/04/2022 à 08:20

Par Catherine Charron

Voici ce que vous avez (peut-être) raté cette semaine. (Photo: 123RF)

RHéveil-matin est une rubrique quotidienne où l'on présente aux gestionnaires et à leurs employés des solutions inspirantes pour bien commencer leur journée. En sirotant votre breuvage préféré, découvrez des astuces inédites pour rendre vos 9@5 productifs et stimulants.


RHÉVEIL-MATIN. Entre l'obsession de trouver sa mission qui nuit au bonheur au travail, une équipe qui n'a jamais aussi bien communiqué qu'en télétravail et l'adoption de la semaine de quatre jours chez Demers Beaulne, voici des nouvelles en ressources humaines qui devraient avoir attiré votre attention cette semaine.

 

Cette équipe n’a jamais aussi bien communiqué qu’en télétravail

Après deux ans passés à télétravailler, pas question pour l’équipe administrative d’Adfast Canada de remettre les pieds au bureau. Non seulement le niveau de stress de ses employés est-il réduit, mais surtout, ils n’ont jamais si bien communiqué qu’à distance assure sa directrice Marketing, Audrée Bergevin.

L'entreprise a pris cette décision après avoir posé la question à ses employés, qui ont répondu en majorité préférer continuer de bosser depuis leur demeure.

 

L’obsession de trouver sa mission nuit au bonheur au travail, dit ce chercheur

Obtempérant que les travailleurs se sentant investis d’une mission sont bel et bien plus performants, le chercheur principal, Personnes et Performance, de l’ADP Research Institute, Marcus Buckingham, met en garde envers la quête obsessive de trouver ce fameux «purpose» dont il est question dans la langue de Shakespeare.

En effet, l’auteur et consultant fait remarquer que même dans les métiers où la pratique devient presque une vocation, comme l’enseignement ou les soins de la santé, cette mission n’empêche pas les travailleurs de quitter en masse le milieu, à cause du stress qu’ils subissent au quotidien.

 

Le bien-être des Américains glisse entre les doigts de leur patron

Les travailleurs américains, surtout les gestionnaires, sont de moins en moins convaincus que leur bien-être compte aux yeux de leur employeur.

C’est l’accablant constat que fait la société américaine de recherche en gestion The Gallup Organization dans son plus récent sondage mené auprès de 15 001 répondants en février 2022.

 

Des comptables adoptent la semaine de 4 jours, six mois par année

De juillet à décembre 2022, la firme de comptabilité et de services financiers de la région de Montréal Demers Beaulne adoptera la semaine de quatre jours, tentant de se démarquer des cabinets plus traditionnels et de pourvoir une trentaine de postes.

Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre et où les séquelles de la pandémie se font toujours sentir, son équipe de direction s’est laissé inspirer par ce phénomène qui commence à faire des petits au Québec. Elle souhaite répondre notamment aux «attentes des nouvelles générations et à la vision changeante de la conciliation travail et vie personnelle», écrit son associé directeur de Demers Beaulne, Dino Masciotra.

 

Pour ne plus rater ce rendez-vous, recevez votre RHéveil-matin dans votre boîte de courriels!

 


 

Sur le même sujet

Cessez de «snoozeRH»

27/05/2022 | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. Voici ce que vous avez (peut-être) raté cette semaine.

Cessez de «snoozeRH»

20/05/2022 | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. Voici ce que vous avez (peut-être) raté cette semaine.

À la une

Bourse: Toronto clôture en hausse de plus de 150 points, Wall Street fermée

Mis à jour le 04/07/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. À Wall Street, les marchés étaient fermés en raison de la fête nationale des États-Unis.

À surveiller: Alimentation Couche-Tard, Shopify et Quincaillerie Richelieu

04/07/2022 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Couche-Tard, Shopify et Quincaillerie Richelieu ? Voici quelques recommandations.

Les fondations doivent-elles planifier leur disparition?

Édition du 11 Mai 2022 | Maxime Bilodeau

PHILANTHROPIE. «Est-ce qu’on y gagnerait davantage collectivement si les fondations acceptaient de mourir?»