Bichonner ses employés, une approche payante

Publié le 05/11/2010 à 00:00, mis à jour le 04/03/2011 à 10:51

Bichonner ses employés, une approche payante

Publié le 05/11/2010 à 00:00, mis à jour le 04/03/2011 à 10:51

Kazimir Olechnowicz, de CIMA+ et Nicole St-Pierre, d’Aéroplan Canada [Photos : Gilles Delisle]

Les palmarès qui saluent les meilleurs employeurs existent un peu partout en Occident. Pour les entreprises qui triomphent dans ces concours, est-ce que l'effort en vaut la chandelle ?

À la veille de la période d'inscriptions au Défi Meilleurs Employeurs 2011, organisé par Les Affaires, Towers Watson et l'Ordre des conseillers en ressources humaines agréés, nous avons voulu connaître les bénéfices que pouvait tirer une organisation à bien traiter ses employés. Des sociétés qui se sont distinguées à notre concours, mais aussi dans d'autres événements du genre au Canada, témoignent : les avantages dépassent largement les coûts.

Kazimir Olechnowicz ne veut pas connaître l'heure à laquelle arrivent ses 1 700 employés. Ce qui l'intéresse, c'est le résultat de leur travail. " On ne veut pas d'un guide de procédures; les gens doivent développer leurs propres approches, explique le pdg de la société d'ingénierie CIMA+. Les superviseurs doivent faire en sorte que les gens soient heureux d'être au bureau. "

Mobiliser par la passion et non par la pression, telle est la devise de l'entreprise. Elle s'est distinguée à plusieurs reprises au Défi Meilleurs Employeurs et arrive en tête du classement des Employeurs de Choix au Québec (5e au Canada).

Chouchouter ses employés réussit à CIMA+, si on en juge par le portefeuille de clients de la firme d'ingénierie, qui compte entre autres Transports Québec, Hydro-Québec et Bell.

D'autres employeurs partagent cette vision. Pour Aéroplan Canada, par exemple, qui pilote le programme de points du même nom, traiter aux petits soins ses 1 200 employés est d'abord une décision d'affaires. " C'est difficile de dénicher d'excellents candidats, alors quand on les trouve, on veut les garder ", dit Nicole St-Pierre, directrice des ressources humaines de l'entreprise située à Montréal. Aéroplan semble être sur la bonne voie puisque depuis deux ans, elle est élue Meilleur employeur de Montréal, selon le classement régional du Canada's Top 100 Employers.

La culture d'entreprise, une force mobilisatrice

Faire le bonheur de ses employés va bien au-delà de leur offrir une carotte pour récompenser leurs efforts. Alain Gosselin, professeur de gestion des ressources humaines à HEC Montréal, observe que les meilleurs employeurs peuvent s'appuyer sur un pdg inspirant et des pratiques de gestions particulières.

Un bon patron suscite des attitudes positives. " C'est ce qu'on appelle un indice de mobilisation, indique le professeur. Ces attitudes entraînent des comportements positifs : des employés fidèles qui soumettent des idées et qui sont plus performants ", souligne l'expert. Pour cela, il est primordial qu'il y ait une cohérence entre ce qu'on prêche et ce qu'on fait.

Lorsque les valeurs du président sont véhiculées par les superviseurs et partagées par le personnel, on parle alors de culture d'entreprise. " Si un président tient un discours sur la confiance, mais que le superviseur fait vivre l'enfer, les employés n'adhéreront pas ", croit M. Gosselin.

Ainsi, M. Olechnowicz a veillé à ce que les postes clés soient détenus par des personnes positives. " Quand une équipe ne fonctionne pas bien, on a souvent vu de grandes différences en changeant son superviseur. Ce dernier doit avant tout être un bon motivateur ", indique le pdg de CIMA+.

À la une

Bourse: Toronto clôture en hausse de près de 200 points

Mis à jour il y a 5 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les Bourses cherchent un second souffle après l'accélération de la semaine dernière.

À surveiller: Uni-Sélect, Neighbourly Pharmacy et AGF

09:48 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Uni-Sélect, Neighbourly Pharmacy et AGF? Voici quelques recommandations d’analystes.

Ukraine: la situation sur le terrain au 124e jour

Mis à jour il y a 38 minutes | AFP

L’armée russe tentait lundi de pousser son avantage dans l'est de l'Ukraine.