Du prêt à manger santé : un concept paradoxal ?

Publié le 11/02/2010 à 10:03

Du prêt à manger santé : un concept paradoxal ?

Publié le 11/02/2010 à 10:03

Photo : Self.com

BLOGUE. La restauration rapide perd en popularité depuis plusieurs années déjà. Certaines chaînes, comme McDonald's, ont même dû ajuster leur menu pour offrir davantage de mets dit « santé ». Il n’est donc pas surprenant que le prêt à manger santé soit devenu non seulement une mode, mais aussi une nouvelle façon de voir notre alimentation au restaurant.

Plus de sept américains sur dix disent essayer de manger plus santé lorsqu'ils sortent au restaurant, selon le National Restaurant Association. Plus de 50 % d'entre eux soutiennent également qu'ils seront plus portés à manger dans un restaurant offrant des produits locaux et/ou biologiques.

Mais cette appellation de « prêt à manger santé » (fast food santé) est-elle trop courante ? Est-elle utilisée à n’importe quelle sauce ?

Jordan Lebel, professeur agrégé au département de marketing de l’École de gestion John-Molson de l’Université Concordia, estime que certaines entreprises abusent du terme et se croient « santé » par la simple action d’avoir mis des dessins de verdures sur les murs du restaurant.

Dans l’entrevue vidéo que nous avons réalisée, l’expert de l’alimentation nous livre toutefois des exemples d’entreprises ayant eu un franc succès dans le prêt à manger santé et nous explique quelles sont les implications pour les organisations voulant se lancer dans ce créneau devenu hautement concurrentiel.

Le cas de Cultures

Si vous avez déjà mangé dans un des comptoirs de la chaîne de restauration rapide Cultures, vous avez sans doute remarqué que l’entreprise se concentre sur les quatre « s » : sandwichs, smoothies, soupes et salades.

Achetée en mai 2003 par le conglomérat de restauration rapide MTY Group, Cultures compte maintenant plus d’une cinquantaine de comptoirs à travers le pays.

Son concept : faire tous ses repas sur place, sur une base quotidienne et les concevoir à partir d’aliments frais.

« Nous n’utilisons jamais d’aliments congelés, nos pains sont faits maison et nous priorisons les aliments locaux, assure Jennifer Ma, directrice du marketing pour Cultures. De plus, nous travaillons de près avec des nutritionnistes afin d’avoir des recettes santé, ajoute-t-elle.

Cultures a décidé de concentrer ses activités dans les aires de centres commerciaux afin de rejoindre une plus grande clientèle.

Mais attention, ceux et celles qui diront que certaines salades et sandwichs de chez Cultures sont remplies de vinaigrette huileuse et de mayonnaise grasse n’ont pas entièrement tort.

« Étant des franchises, il n’est pas facile de convaincre tous nos franchisés de cesser d’utiliser les mayonnaises et les vinaigrettes huileuses. Nous travaillons actuellement sur ce défi. Nous aimerions également nous lancer dans le biologique, mais encore une fois, ça revient au problème d’être franchisé et que le coût de ces aliments est beaucoup plus élevé », conclut Mme Ma.

Jordan LeBel, spécialiste de l’industrie de l’alimentation, offrira un cours en ligne sur le chocolat (vous avez bien lu) dès ce printemps.

À la une

Bourse: Wall Street termine en baisse, plombée par la technologie, avant l’inflation américaine

Mis à jour le 09/08/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a perdu plus de 90 points, mardi.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

09/08/2022 | Refinitiv

Voici les gagnants et les perdants du jour.

À surveiller: Power Corp, TransAlta et Suncor

09/08/2022 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Power Corp, TransAlta et Suncor? Voici quelques recommandations d’analystes.