Entrevue n°198: Catherine Troubat, pdg, Les Anis de Flavigny


Édition du 29 Mars 2014

Entrevue n°198: Catherine Troubat, pdg, Les Anis de Flavigny


Édition du 29 Mars 2014

Par Diane Bérard

«Trop de consultants et de fonctionnaires amènent l'entrepreneur à se disperser» - Catherine Troubat, pdg, Les Anis de Flavigny

L'Anis de Flavigny est le plus vieux bonbon de France. D'abord fabriqué par des moines bénédictins, il est la propriété de la famille Troubat depuis le début du 20e siècle. Catherine, 50 ans, appartient à la troisième génération. Elle a piloté l'entrée du petit bonbon blanc dans 35 pays. De 1990 à 2011, les revenus des Anis de Flavigny ont crû de 133 %. Le ministère du Commerce extérieur français l'a invitée comme conseillère à l'exportation. Catherine Troubat participe au SIAL de Montréal, du 2 au 4 avril.

Diane Bérard - Henri IV mangeait votre bonbon. Comment ce produit peut-il encore plaire ?

Catherine Troubat - Parce qu'il est bon et parce que nous n'avons accepté aucun compromis de qualité. Nous avons résisté aux chants des sirènes qui disaient de placer nos bonbons dans des boîtes en plastique ou de les fabriquer avec des arômes artificiels. Et puis, la gourmandise fait partie de la nature humaine.

D.B. - Comment faites-vous pour ne pas être dépassée ?

C.T. - Je sors de mon bocal ! Je fréquente de nombreux salons internationaux. Au début des années 2000, j'ai constaté qu'on y trouvait de plus en plus de biscuits bios, mais pas encore de bonbons bios. J'ai décidé d'être la première. J'ai imaginé une gamme fabriquée à partir de sucre de canne roux plutôt que de jus de betterave. La canne à sucre pousse dans des champs qui n'ont pas reçu d'accélérateurs de poussée. Aujourd'hui, les bonbons bios représentent 15 % de mes ventes.

D.B. - Le coup de génie de votre grand-père fut d'introduire les Anis de Flavigny dans les machines distributrices des gares. Votre père, dans les stations-service. Quel fut le vôtre ?

C.T. - Mon grand-père vivait à l'âge d'or des trains. Mon père, celui de l'automobile. Moi, celui des avions. J'ai donc placé mes bonbons dans les boutiques hors taxes des aéroports. C'est la vitrine idéale pour les faire connaître des voyageurs et des importateurs.

D.B. - Pourquoi résistez-vous à la distribution dans les grandes surfaces ?

C.T. - Cela me mettrait trop à risque. C'est un univers restreint. J'aurais quatre clients au lieu de 2 000. On connaît la suite. Les grandes surfaces me demanderaient de baisser mes prix et d'augmenter mes volumes. J'investirais trop. Tôt ou tard, je ferais des bêtises de gestion. Beaucoup de ventes et quelques clients, ça se révèle plus dangereux que moins de ventes et plusieurs clients.

D.B. - Vous avez une façon bien à vous de dénicher de nouveaux canaux de distribution...

C.T. - Je cherche des lieux que fréquente ma clientèle naturelle. Des endroits où ils sont heureux et détendus. J'ai découvert que plusieurs vont à la jardinerie tous les week-ends. Ils y flânent en famille. J'ai donc proposé mes produits à une petite chaîne de jardineries. Le propriétaire s'est montré étonné, mais il a tenté l'expérience. Aujourd'hui, on trouve les Anis de Flavigny dans 600 jardineries françaises.

D.B. - Votre entreprise a été déclarée «site remarquable de goût» par le ministère français de la Culture. Qu'est-ce que cela signifie ?

C.T. - Il s'agit d'une centaine d'entreprises qui fabriquent leur produit dans le lieu d'origine (notre bonbon est produit dans une abbaye située dans le village de Flavigny, en Bourgogne, depuis 500 ans), qui reçoivent de nombreux visiteurs (nous en accueillons 80 000 par an) et qui exportent de manière importante (nos produits sont vendus dans 35 pays). Ce groupe compte, entre autres, les vins Châteauneuf-du-Pape et le fromage de Beaufort. Jack Lang, le ministre de la Culture de l'époque, avait imaginé cette appellation pour nous protéger, pour éviter que l'on disparaisse. C'est plutôt ironique, parce que nous sommes tous solides du fait que nos produits sont très distinctifs.

À la une

Le secret d'un démarrage réussi

Il y a 4 minutes | Dominic Gagnon

BLOGUE INVITÉ. Pas besoin d'une grande idée pour se lancer en affaires, mais plutôt d'une bonne solution.

Le Canada se dirigerait vers une «courte» récession «modérée» en 2023, selon RBC

Il y a 32 minutes | La Presse Canadienne

Dans un nouveau rapport, la Banque Royale dit s'attendre à ce que les prix des maisons chutent de 10%.

Il faut diversifier l’approvisionnement en panneaux solaires, dit l'AIE

Il y a 15 minutes | La Presse Canadienne

L'Agence internationale de l'énergie met en garde contre ce marché contrôlé à 80% par la Chine.