Les grands centres rêvent / les régions foncent


Édition du 02 Mai 2015

Les grands centres rêvent / les régions foncent


Édition du 02 Mai 2015

Par Matthieu Charest

La culture entrepreneuriale québécoise connaît un bouleversement radical, révèle l'Indice entrepreneurial québécois 2015 de la Fondation de l'entrepreneurship. À ce chapitre, toutes les régions du Québec ne sont pas égales.

À lire aussi:
Trois questions à : Olivier Donais
Trois questions à: Guillaume Langlois
Trois questions à: Charles Sirois
Trois questions à: Andy Nulman


En 2009, selon la Fondation de l'entrepreneurship, 7 % des Québécois avaient l'intention de se lancer en affaires. Six ans plus tard, la proportion a presque triplé, pour atteindre 20,1 %, révèle l'Indice, présenté par la Caisse de dépôt et placement du Québec et réalisé en partenariat avec HEC Montréal.

«On a constaté un changement de culture», explique Gabriel Chirita, directeur, recherche et transfert de connaissances à l'Institut d'entrepreneuriat Banque Nationale - HEC Montréal, partenaire de la Fondation. «C'est devenu un choix légitime. On est passé de "tolérable" à "désirable". C'est le choix de carrière optimal.»

La grande nouveauté dans cette septième édition, c'est le déplacement du champ d'analyse. Plutôt que de comparer le Québec au Canada, l'Indice se livre à une introspection. Ce sont les régions du Québec, et les milieux urbains et ruraux, qui sont étudiés.

Un angle neuf qui permet de constater que les différences interrégionales sont marquées. À l'égard des quatre facteurs mesurés par l'Indice (intentions, démarches, propriétaires, fermetures), le Québec est une mosaïque hétérogène.

Toutefois, il ne s'agit pas d'un palmarès. «Nous ne voulons pas en faire une compétition, dit Rina Marchand, directrice principale, contenu et innovation, à la Fondation de l'entrepreneurship. Les régions ont toutes quelque chose, un avantage, sur lequel elles peuvent capitaliser.»

Au chapitre des intentions, ce sont les «métropoles» (les villes de plus de 250 000 habitants, selon la définition de l'Indice) qui tiennent le haut du pavé. À Montréal, Québec, Gatineau et Laval, 24,2 % des personnes sondées ont déclaré avoir l'intention d'entreprendre un jour. C'est non seulement le plus fort pourcentage au Québec, où la moyenne est de 20,1 %, mais c'est aussi largement supérieur aux villages (moins de 2 500 habitants) qui ferment la marche, avec seulement 13,8 % d'intentions entrepreneuriales.

Mais si autant de citadins rêvent d'entreprises, la proportion de ceux qui passent aux «démarches» diminue considérablement, pour atteindre 11,6 % (la moyenne est de 10,2 %). Pire, seulement 7,5 % des «métropolitains» parviennent à devenir «propriétaires», soit moins que la moyenne québécoise, qui est de 7,9 %. Par ailleurs, ils sont aussi plus nombreux à avoir connu une fermeture (13,6 % par rapport à 12,3 % dans l'ensemble de la province). Autrement dit, le rêve s'effrite rapidement.

«À Montréal [ou dans les quatre grandes villes], il y a peut-être plus d'occasions de décrocher un emploi qui nous convient, avance Gabriel Chirita, pour expliquer cette situation. Et dans les grands centres, l'environnement est plus compliqué, sinon perçu comme plus difficile pour se lancer en affaires.»

À lire aussi:
Trois questions à : Olivier Donais
Trois questions à: Guillaume Langlois
Trois questions à: Charles Sirois
Trois questions à: Andy Nulman

À la une

Les nouvelles du marché

Mis à jour il y a 8 minutes | Refinitiv

Quelle sera l’issue du vote sur le rachat de Turquoise Hill par Rio Tinto?

Après les États-Unis, cette PME veut imposer ses standards en Europe

Il y a 40 minutes | François Normand

Aux États-Unis, son Safety Arm System (SAS), le bras jaune installé sur les civières, est devenu la norme.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Mis à jour il y a 22 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les Bourses mondiales dans l'attente de chiffres sur l'inflation américaine