Bien former les travailleurs du rail

Publié le 20/02/2010 à 00:00

Bien former les travailleurs du rail

Publié le 20/02/2010 à 00:00

Par Stéphane Rolland

Le défi du domaine ferroviaire n'est pas d'attirer de nouveaux travailleurs, mais de les former adéquatement.

" Une entreprise peut recevoir des centaines de candidatures pour un seul poste affiché ", dit Pierre Bourbonnais, directeur général du Comité sectoriel de main-d'oeuvre dans l'industrie ferroviaire au Québec (CSMO-RAIL).

Après l'embauche, les transporteurs doivent investir dans la formation de leur personnel. L'entraînement d'un chef de train peut durer de six à huit mois. En raison des nombreux départs à la retraite qui auront lieu au cours des prochaines années, les dépenses en formation des entreprises augmenteront.

Traditionnellement, les métiers ferroviaires s'enseignaient au sein des entreprises. Une nouvelle attestation d'études collégiales pour devenir chef de train, mise sur pied en 2004, est offerte par le Cégep André-Laurendeau et par celui de Sept-Îles. Les finissants ont cependant encore beaucoup à apprendre.

" Pour des raisons de sécurité, les écoles ne peuvent pas donner de formation pratique sur les rails, explique Pierre Fallu, associé principal de l'Institut ferroviaire du Québec. Les étudiants reçoivent une bonne formation théorique, mais les employeurs doivent s'occuper du volet pratique. "

La crise économique a perturbé le renouvellement de la main-d'oeuvre. Avant celle-ci, le CSMO-RAIL avait estimé, à moyen terme, le nombre de postes à combler pour chaque métier. Un tel calcul n'est plus possible. " Certains employés, dont le régime de retraite a fondu comme neige au soleil, ont repoussé leur départ, constate Pierre Bourbonnais. De plus, des entreprises ont effectué des mises à pied, et ce sont les plus jeunes qui ont été touchés. "

Le retour de la croissance amènera un défi : s'assurer que les employés les plus expérimentés soient assez nombreux pour former la relève. " Dans le contexte économique actuel, nous sommes en mode survie, admet Mario Brault, président de Chemins de fers Québec-Gatineau. Il faut d'abord être en mesure de payer ses comptes avant de pouvoir penser à l'avenir. "

À la une

Nouvel espoir dans la lutte aux changements climatiques

ANALYSE. Plusieurs pays ont réussi à réduire leurs émissions de GES tout en affichant une croissance économique.

Bourse: Toronto clôture en légère hausse

Mis à jour le 25/11/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street a terminé sur une note contrastée.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

Mis à jour le 25/11/2022 | Refinitiv

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.