Un nouveau FNB pourrait bouleverser le secteur des cryptomonnaies

Publié le 10/01/2024 à 16:55

Un nouveau FNB pourrait bouleverser le secteur des cryptomonnaies

Publié le 10/01/2024 à 16:55

Par AFP

La SEC a donné mercredi son feu vert à la cotation d’un nouveau produit d’investissement en bitcoins, une décision considérée comme une étape majeure pour l’adoption des cryptomonnaies, qui pourrait bouleverser le secteur. (Photo: Getty Images)

Le gendarme américain des marchés financiers, la SEC, a donné mercredi son feu vert à la cotation d’un nouveau produit d’investissement en bitcoins, une décision considérée comme une étape majeure pour l’adoption des cryptomonnaies, qui pourrait bouleverser le secteur. 

Le produit autorisé mercredi est un FNB (fonds négociés en bourse), un fonds indiciel qui permet aux investisseurs de profiter des évolutions du bitcoin sans placer directement leur argent dans la devise numérique.

Concrètement, ils achètent des parts du fonds, qu’ils peuvent revendre à tout moment, et pas du bitcoin. Les avoirs du fonds sont, eux, placés en cryptomonnaies.

Lancés au début des années 1990, les FNB ont décollé au début des années 2000, séduisant par leur simplicité, qui offre la possibilité de suivre les performances de l’or, du pétrole, d’un indice boursier ou d’un secteur industriel.

Selon un rapport du cabinet OliverWyman, quelque 6 700 milliards de dollars américains étaient logés dans des FNB fin 2022.

Mercredi, la SEC a donné son autorisation à 11 sociétés différentes de lancer leur propre produit, parmi lesquelles de grandes maisons de Wall Street comme Fidelity et BlackRock, selon le document publié sur le site du régulateur.

Le marché avait déjà franchi un palier, en octobre 2021, avec la cotation du premier FNB investi non pas directement en bitcoins, mais dans des contrats à terme liés à la cryptomonnaie.

Jusqu’ici, l’accès aux devises numériques nécessitait d’ouvrir un compte sur une plateforme d’échanges de cryptomonnaies et de convertir une devise classique (émise par une banque centrale), comme le dollar.

 
«Un tournant»

Le marché spéculait depuis plusieurs semaines sur l’homologation de ce nouveau FNB, accentuant nettement la volatilité du bitcoin, déjà connu pour ses variations brutales.

Mardi, la devise numérique reine s’est envolée brièvement jusqu’à son plus haut niveau depuis 22 mois, à 47 914 dollars américains l’unité, après la publication de ce qui s’est révélé être une fausse publication sur X (ex-Twitter) de la SEC, annonçant l’homologation de le FNB en bitcoins.

La SEC a ensuite indiqué que son compte avait été piraté, le temps de poster le message.

Le gendarme boursier avait déjà retoqué, à de nombreuses reprises, des demandes de commercialisation pour des produits similaires par le passé, mais un récent développement a changé la donne.

Fin octobre, une cour d’appel fédérale de Washington a ainsi confirmé que la SEC n’était pas fondée à refuser au gestionnaire d’actifs Grayscale l’homologation de son FNB en bitcoins.

Le président de la SEC, Gary Gensler, pourtant connu pour ses réserves vis-à-vis des cryptomonnaies avait ensuite reconnu que le régulateur était désormais tenu de tenir compte de cette jurisprudence.

L’arrivée d’un FNB est «un tournant pour les actifs numériques et signale un mouvement vers l’adoption par le grand public et (leur) légitimité», a commenté Thomas Tang, vice-président de la société de capital-investissement Ryze Labs.

«Par leur seule existence dans un cadre réglementé, les FNB en bitcoins vont donner de la crédibilité institutionnelle aux actifs numériques», a-t-il ajouté.

Gary Gensler a souvent comparé le monde des cryptomonnaies au «far west». Lors d’une audition au Sénat américain, en juillet, il avait mis en garde le grand public contre «ces actifs hautement spéculatifs», non régulés et risqués.

Nombre de financiers de premier plan et grands patrons ont également fait part publiquement de leur scepticisme, voire de leur opposition à ces devises numériques.

«La seule vraie utilité», des cryptomonnaies, c’est qu’elles profitent «aux criminels, aux trafiquants de drogue», pour «le blanchiment, la fraude fiscale», a déclaré, début décembre, le PDG de la plus grande banque du monde, JPMorgan Chase, Jamie Dimon. «Si j’étais le gouvernement, j’y mettrais un terme.»

 

 

Sur le même sujet

L'abandon de «l'iCar» se répercutera-t-il sur le titre d'Apple?

Mis à jour le 12/04/2024 | Morningstar

Pourquoi Apple a abandonné son projet de véhicule autonome.

Bourse: Toronto perd près de 1%

Mis à jour le 12/04/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les tensions géopolitiques et l’inflation ont déprimé les investisseurs à la Bourse de New York.

OPINION Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi 12 avril
Mis à jour le 12/04/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Bourse: Wall Street moins inquiète de l’inflation
Mis à jour le 11/04/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi 11 avril
Mis à jour le 11/04/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

À la une

L'Iran a lancé une attaque de drones contre Israël

18:07 | AFP

L’Iran a juré de «punir» Israël après une frappe le 1er avril contre son consulat à Damas.

Justin Trudeau sur l'Iran: «Nous soutenons le droit d'Israël de se défendre»

Israël a fermé son espace aérien samedi en prévision des attaques iraniennes.

Commerce Québec-France: allez, on peut en faire plus!

ANALYSE. Les premiers ministres Gabriel Attal et François Legault ont plaidé pour hausse majeure de nos échanges.