Un assouplissement au Compte d’urgence pour les PME coûterait 907 M$, selon le DPB

Publié le 23/11/2023 à 16:40

Un assouplissement au Compte d’urgence pour les PME coûterait 907 M$, selon le DPB

Publié le 23/11/2023 à 16:40

Par La Presse Canadienne

Le député néo−démocrate Don Davies a déposé une motion aux Communes afin d’accorder un an de plus aux PME pour le remboursement des prêts du Compte d’urgence et de prolonger la période d’exemption du paiement d’intérêts jusqu’à cette date du 31 décembre 2024. (Photo: La Presse Canadienne)

Le directeur parlementaire du budget (DPB) estime qu’il en coûterait 907 millions de dollars au gouvernement pour reporter d’un an la date limite pour le remboursement des prêts du Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes et pour prolonger la période d’exemption du paiement d’intérêts pour cette prestation qui a soutenu les PME pendant la pandémie.

Créé en avril 2020, au début de la pandémie de COVID−19, le Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes offrait aux petites et moyennes entreprises (PME) des prêts sans intérêt, assortis d’une possible exonération partielle du remboursement. Le gouvernement fédéral voulait aider les PME à payer les dépenses qui ne pouvaient être évitées ou reportées pendant qu’elles tentaient de composer avec les fermetures ordonnées par la santé publique.

Les entreprises doivent maintenant rembourser leurs prêts avant la date limite du 18 janvier 2024 afin de profiter de la remise partielle. Après cette date limite, les prêts non remboursés seront convertis en prêts sur trois ans, à un taux d’intérêt annuel de 5%.

Le député néo−démocrate Don Davies a déposé une motion aux Communes afin d’accorder un an de plus aux PME pour le remboursement des prêts du Compte d’urgence et de prolonger la période d’exemption du paiement d’intérêts jusqu’à cette date du 31 décembre 2024.

Dans sa motion, le député Davies estime que «les entreprises locales continuent de connaître des difficultés en raison de l’inflation, des taux d’intérêt et des problèmes de personnel».

Dans sa note d’évaluation publiée jeudi, le DPB estime que cette prolongation coûterait 907 millions $ au trésor fédéral. Il souligne notamment qu’avec ce report d’un an, le gouvernement retarderait la réduction de sa dette pour la partie des prêts qui aurait été remboursée et qu’il renoncerait aux intérêts, à un taux de 5% par an, pour la partie des prêts qui resterait impayée.

 

 

Sur le même sujet

Les entreprises ont investi 20% de moins par employé de 2006 à 2021

Il y a 9 minutes | La Presse Canadienne

Pour chaque travailleur, les entreprises ont investi 628,80$ de moins dans leur entreprise en 2021 qu’en 2006.

L'enfer du travail à la maison avec un TDAH

EXPERT INVITÉ. Le travail à la maison peut être difficile avec un TDAH, mais voici des conseils pour y arriver.

À la une

Deux producteurs de graphite du Québec dénoncent la concurrence chinoise

Il y a 12 minutes | François Normand

La North American Graphite Alliance exhorte Washington d’imposer des tarifs sur des importations chinoises de graphite.

Télécom: «Ça devient encore plus concurrentiel», note le patron de Québecor

Il y a 4 minutes | La Presse Canadienne

Québecor a dévoilé jeudi des résultats inférieurs aux attentes des analystes.

Hausses de bénéfices pour Québecor, au 4T de 2023 et pour l'exercice

Le conseil d’administration a déclaré mercredi un dividende trimestriel de 0,325 $ par action.