Oui à l'offre de Maple, dit le conseil de TMX

Publié le 31/10/2011 à 06:25, mis à jour le 31/10/2011 à 17:36

Oui à l'offre de Maple, dit le conseil de TMX

Publié le 31/10/2011 à 06:25, mis à jour le 31/10/2011 à 17:36

Par La Presse Canadienne

Luc Bertrand, à la tête de Maple.

Le conseil d'administration du Groupe TMX a changé son fusil d'épaule et décidé d'appuyer l'offre de rachat de 3,8 milliards $ dont il fait l'objet, une proposition qui ferait passer la propriété de la Bourse de Toronto aux mains d'un groupe de banques, de sociétés d'assurances et de régimes de retraite.

Mais l'offre de rachat du Groupe Maple _ un consortium de 13 institutions financières et régimes de retraite canadiens _ pourrait éprouver de la difficulté à obtenir les approbations réglementaires dont elle a besoin pour se concrétiser.

Les autorités fédérales et provinciales doivent toujours déterminer si la structure de propriété proposée constituerait un monopole qui nuirait aux plus petits opérateurs de la Bourse de Toronto.

Selon le chef de la direction du Groupe TMX, Thomas Kloet, le conseil prévoit maintenant travailler "main dans la main avec nos amis de Maple" pour convaincre les autorités réglementaires du bien-fondé de la proposition pour tous les joueurs des marchés canadiens.

"Cette entente est une excellente voie d'avenir pour les marchés de valeurs mobilières du Canada, pour nous aider du point de vue de la concurrence, tant nationale qu'internationale", a-t-il déclaré lors d'une conférence téléphonique. "Nous sommes impatients d'aller de l'avant."

Le conseil du Groupe TMX avait initialement approuvé, plus tôt cette année, une fusion avec les propriétaires de la Bourse de Londres (London Stock Exchange, ou LSE) et rejeté l'offre du Groupe Maple en invoquant des problèmes de dette, de concurrence et d'exigences réglementaires.

Mais le conseil a commencé a s'intéresser davantage à l'offre de Maple après qu'un nombre insuffisant d'actionnaires eurent accepté la proposition du LSE _ jugeant l'offre de Maple plus généreuse. Les deux parties sont en discussions depuis près de quatre mois.

 

Dossier étudié à Ottawa et à Québec

Entre-temps, le consortium a présenté sa proposition d'affaires à quatre autorités réglementaires provinciales, ainsi qu'au Bureau de la concurrence du Canada.

L'avenir du TMX est un dossier important non seulement sur Bay Street, mais aussi à Ottawa, où la proposition précédente avec la Bourse de Londres avait soulevé certaines craintes quant au contrôle qu'aurait pu exercer une société étrangère sur une institution canadienne.

Maple devra obtenir certaines approbations réglementaires pour fusionner le propriétaire de la Bourse de Toronto avec le système d'échanges alternatif Alpha et la firme de services de dépôt et de compensation CDS.

Alpha et CSD sont détenus par d'importants joueurs de l'industrie canadienne des valeurs mobilières, dont plusieurs font partie du consortium Maple.

Le ministre des Finances du Québec, Raymond Bachand, a aussi indiqué suivre le dossier avec beaucoup d'intérêt. "Ce qui m'importe, c'est d'avoir un système efficace au Canada et que le Québec, particulièrement sur les produits dérivés _ la Chambre de compensation, ça c'est notre spécialité _ que ce soit développé à Montréal au cours des prochaines années", a-t-il commenté en marge d'une conférence de presse sur un autre thème, à Montréal.

M. Bachand a confirmé qu'avant de se concrétiser, la transaction devrait recevoir l'aval de plusieurs autorités. "Il y aura des audiences de l'Autorités des marchés financiers (du Québec) au cours des prochaines semaines, en novembre, comme il y en aura en Alberta et en Ontario. Alors espérons que l'ensemble se poursuive de façon satisfaisante."

À la une

Un nouveau modèle d’usine intelligente pour votre entreprise

28/01/2023 | François Normand

ANALYSE. Deloitte lance une usine à Montréal qui fait la démonstration d’activités d’entreposage et de fabrication 4.0.

Bourse: Wall Street termine en hausse

Mis à jour le 27/01/2023 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Toronto est restée pratiquement inchangée pendant la dernière séance de la semaine.

Moins d’aubaines sur le marché boursier qu’on ne pourrait penser

27/01/2023 | Charles Poulin

Si les marchés boursiers ne sont plus surévalués, ils ne sont pas une aubaine pour autant.