Les ports du Bas-du-Fleuve sont très actifs dans le TMCD


Édition du 21 Septembre 2022

Les ports du Bas-du-Fleuve sont très actifs dans le TMCD


Édition du 21 Septembre 2022

Par François Normand

(Photo: 123RF)

 

Les principaux ports du Bas-du-Fleuve réalisent déjà les deux tiers de leurs volumes de manutention grâce au transport maritime courte distance (TMCD), et ils sont en croissance, affirme la PDG de la Société portuaire du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie (SPBSG), Anne Dupéré.
Cette société d’État gère les ports de Gros-Cacouna, de Rimouski, de Matane et de Gaspé. Ottawa a cédé officiellement leur propriété à Québec, le 30 mars 2020, incluant un engagement à investir 163 millions de dollars (M$) pour les développer. 
« Le volume de marchandises transbordé a augmenté de 10 % entre 2020 et 2021, majoritairement dû à l’exportation de pâte de bois », souligne au bout du fil Anne Dupéré, en précisant que le volume du TMCD a également augmenté.
Actuellement, 65 % des volumes des quatre ports se font sur de courtes distances, ce qui exclut les exportations et les importations. Ces volumes sont constitués de sel, de sable, de gravier, de bois, d’essence et d’autres produits pétroliers, sans parler de marchandise générale.
Le reste des volumes est constitué à 30 % de pâte de bois qui est exportée vers l’Asie et à 5 % de produits importés de l’Europe, dont du métal.

 

Les principaux ports du Bas-du-Fleuve réalisent déjà les deux tiers de leurs volumes de manutention grâce au transport maritime courte distance (TMCD), et ils sont en croissance, affirme la PDG de la Société portuaire du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie (SPBSG), Anne Dupéré.

Cette société d’État gère les ports de Gros-Cacouna, de Rimouski, de Matane et de Gaspé. Ottawa a cédé officiellement leur propriété à Québec, le 30 mars 2020, incluant un engagement à investir 163 millions de dollars (M$) pour les développer. 

« Le volume de marchandises transbordé a augmenté de 10 % entre 2020 et 2021, majoritairement dû à l’exportation de pâte de bois », souligne au téléphone Anne Dupéré, en précisant que le volume du TMCD a également augmenté.

Actuellement, 65 % des volumes des quatre ports se font sur de courtes distances, ce qui exclut les exportations et les importations. Ces volumes sont constitués de sel, de sable, de gravier, de bois, d’essence et d’autres produits pétroliers, sans parler de marchandise générale.

Le reste des volumes est constitué à 30 % de pâte de bois qui est exportée vers l’Asie et à 5 % de produits importés de l’Europe, dont du métal.

Sur le même sujet

La section F du bail, une dure nécessité?

01/02/2023 | Jean Sasseville

BLOGUE INVITÉ. Il faut revenir aux raisons de la création de la clause F et se demander si elle est encore fondée.

Inflation: la lumière au bout du tunnel

31/01/2023 | Pierre Cléroux

EXPERT INVITÉ. L'Indice des prix à la consommation était en hausse de seulement 1% au cours des trois derniers mois.

À la une

Cinq prévisions pour l'immobilier et le bois en 2023

ANALYSE. Fastmarkets vient de publier cinq prévisions qui affecteront plusieurs entreprises au Québec.

Elon Musk déclaré non coupable de fraude pour ses tweets sur l’action Tesla

03/02/2023 | AFP

Elon Musk a été déclaré non coupable de fraude pour ses tweets sur l’action Tesla.

Robert Miller, visé par des allégations, quitte la direction de Future Electronics

Radio-Canada a rapporté des allégations selon lesquelles il aurait payé des mineures pour des relations sexuelles.