La reprise du trafic aérien est restée très forte en juin

Publié le 04/08/2022 à 11:29

La reprise du trafic aérien est restée très forte en juin

Publié le 04/08/2022 à 11:29

Par AFP

Les trajets internationaux, qui ont vu leur fréquentation bondir de 229,5% sur un an. (Photo: 123RF)

Paris — Le trafic aérien, qui avait déjà montré de nets signes d’accélération en mai, confirme sa forte progression en juin, a rapporté jeudi la principale organisation de compagnies. 

Mesurée en passagers-kilomètres payants (RPK de son acronyme en anglais, un des indices de référence du secteur), la fréquentation a augmenté de 76,2% par rapport à celle de juin 2021, a indiqué l’Association internationale du transport aérien (Iata) dans un communiqué.

Le trafic aérien a ainsi retrouvé 70,8% de son niveau de 2019, dernière année avant la pandémie de COVID-19, contre 68,7% en mai. 

«Après deux ans de confinements et de restrictions aux frontières, les gens profitent de la liberté de voyager librement», a constaté le directeur général de l’Iata, Willie Walsh, cité dans le communiqué.

Les liaisons intérieures ont retrouvé en juin 81,4% de leur niveau de 2019, contre 76,7% en mai. Le moindre dynamisme de cet indice le mois dernier, dû à la Chine qui représente 10% du trafic intérieur à l’échelle mondiale, s’est atténué par l’assouplissement de certaines restrictions de circulations dans le pays en juin.

Les trajets internationaux, qui ont vu leur fréquentation bondir de 229,5% sur un an, ont fortement contribué au regain de forme du trafic aérien mondial.

Le rapport pointe aussi les nombreuses tensions apparues depuis l’ouverture de la haute saison estivale alors que plusieurs aéroports européens connaissent des dysfonctionnements, entre manque de personnels et mouvements sociaux, provoquant annulations, retards ou pertes de bagages. 

«En limitant le nombre de passagers, les aéroports empêchent les compagnies de bénéficier à plein de la forte demande», a déploré Willie Walsh, citant notamment le cas de Londres-Heathrow.

Il s’en est pris directement aux infrastructures aéroportuaires qui «ont lamentablement échoué à fournir un minimum de services». «Les données pour juin ne sont pas encore disponibles, mais elles devraient montrer le plus mauvais niveau de services fourni par les aéroports depuis le début des mesures» de cet indicateur, a assuré le patron de l’Iata.

Il en a aussi profité pour critiquer la Commission européenne et son idée de revenir aux règles pré-Covid obligeant les compagnies à utiliser au moins 80% des créneaux aéroportuaires dont elles bénéficient (contre 64% actuellement), sous peine de perdre leurs droits la saison suivante.

«La flexibilité reste essentielle pour assurer un rétablissement réussi», a-t-il souhaité. 

À la une

Six provinces ont haussé leur salaire minimum le 1er octobre

Il y a 15 minutes | La Presse Canadienne

Les augmentations surviennent alors que le coût de la vie grimpe en flèche.

Cryptos et TradFi, des liaisons dangereuses à surveiller

LES CLÉS DE LA CRYPTO. Les crypto-actifs se développent et ils se mêlent aux produits financiers classiques.

Les copropriétaires de Torstar acceptent un processus de médiation-arbitrage

Les deux parties devront déterminer qui reprendra l’entreprise.