La filiale d'Hydro-Québec AXSO étend ses activités avec Hypercharge Networks

Publié le 08/07/2022 à 13:43

La filiale d'Hydro-Québec AXSO étend ses activités avec Hypercharge Networks

Publié le 08/07/2022 à 13:43

Par La Presse Canadienne

AXSO, propriété de la société d’État Hydro-Québec, a pour objectif de soutenir les exploitants de bornes de recharge électriques à monétiser leurs opérations. (Photo: 123RF)

Québec — La filiale d’Hydro-Québec AXSO, spécialisée dans les outils technologiques, annonce un partenariat avec la société Hypercharge Networks, qui offre des solutions de recharge pour les véhicules électriques.

Ensemble, les deux entreprises souhaitent développer «une solution logicielle complète de gestion et d’optimisation de la recharge de véhicules électriques» pour les clients d’Hypercharge Networks.

Par voie de communiqué, AXSO souligne qu’elle cherche à diversifier sa clientèle à l’internationale après avoir contribué au réseau de bornes québécois avec sa maison-mère Hydro-Québec.

De son côté, Hypercharge Networks développe des services de recharge pour les immeubles à logements, les parcs de véhicules automobiles et des services publics de recharge. L’entreprise veut étendre son réseau à toute l’Amérique du Nord.

Dans le communiqué publié par AXSO, son PDG Alexandre Bérubé mentionne que les deux partenaires ont collaboré pour concevoir une application et un portail web pour les utilisateurs du réseau d’Hypercharge.

Pour cette dernière, l’apport de l’expertise d’AXSO permet de compléter son offre de services en améliorant notamment la performance de sa plateforme, a mentionné son PDG David Bibby.

AXSO, propriété de la société d’État Hydro-Québec, a pour objectif de soutenir les exploitants de bornes de recharge électriques à monétiser leurs opérations en plus de simplifier leur utilisation pour les automobilistes.

 

À la une

L'actif de la Caisse de dépôt et placement du Québec en hausse de 32 milliards de dollars

Mis à jour il y a 34 minutes | Dominique Talbot

Selon la direction, l’année 2023 a été marquée par une forte volatilité.

Charles Emond: «Si on investit uniquement dans les actifs verts, on ne pourra pas améliorer les actifs polluants.»

Édition du 24 Janvier 2024 | François Normand

Il partage sa vision et ses perspectives économiques en 2024, en incluant les occasions et les risques pour la CDPQ.

Le mandat de Charles Emond renouvelé pour cinq ans

07/02/2024 | Dominique Talbot

Le mandat prend effet aujourd’hui et se terminera le 6 février 2029.