La Banque d'Angleterre intervient face aux turbulences financières au Royaume-Uni

Publié le 28/09/2022 à 08:44

La Banque d'Angleterre intervient face aux turbulences financières au Royaume-Uni

Publié le 28/09/2022 à 08:44

Par AFP

Vendredi, le nouveau gouvernement de Liz Truss avait annoncé des mesures de soutien à l’économie et des baisses d’impôts très coûteuses. (Photo: 123RF)

Londres — La Banque d’Angleterre est intervenue dans l’urgence face à des «risques réels pour la stabilité financière britannique» en réaction aux turbulences sur les marchés déclenchées par le plan budgétaire dispendieux de Londres, vertement critiqué par le FMI.

«La Banque va effectuer des achats d’obligations gouvernementales à échéance éloignée» dès mercredi afin de «rétablir des conditions de marché normales», affirme la BoE dans un communiqué mercredi, précisant que cette «opération sera entièrement financée par le Trésor».

«Le mouvement du marché est exacerbé depuis hier et affecte particulièrement la dette à long terme. Si ce dysfonctionnement du marché continue ou empire, cela causerait un risque réel pour la stabilité financière du Royaume-Uni», a expliqué la BoE pour justifier son intervention.

Vendredi, le nouveau gouvernement de Liz Truss avait annoncé des mesures de soutien à l’économie et des baisses d’impôts très coûteuses.

Évaluées par les économistes à un montant de 100 à 200 milliards de livres, mais dont le financement et l’impact restent flous et non chiffrés par le gouvernement, elles ont semé le trouble sur les marchés.

Signal de la défiance des investisseurs pour les actifs britanniques, la livre sterling a plongé à un plus bas historique, à 1,035 0 dollars lundi, et n’a que peu remonté depuis. 

Le rendement de la dette d’État, qui augmente quand la demande recule, s’est envolé.

Le taux des obligations à trente ans, qui évoluait à environ 3,5% en début de semaine dernière, a bondi pour atteindre en début de séance mercredi 5,14% un sommet depuis 1998, signalant une flambée du coût de financement de la dette britannique. 

Il est rapidement retombé avec l’intervention de la BoE, reculant à 4,47%. Les obligations à 10 ans ont fait de même, reculant à 4,23% après avoir atteint un sommet depuis 2008 à 4,59%.

La BoE n’a toutefois pas réussi à calmer la livre, qui est repartie en piqué, l’évocation de risques pour la stabilité financière britannique semant de nouveau l’effroi chez les investisseurs.

Vers 11H40 GMT, la devise britannique plongeait de 1,41% à 1,058 1 dollars, depuis le début de l’année, sa chute vertigineuse atteint 21%.

La flambée des taux d’emprunt au Royaume-Uni risque de renchérir les prêts hypothécaires des ménages et les crédits des entreprises à un point où ils ne seraient plus en mesure de rembourser.

Plus tôt mercredi, le Trésor avait défendu son plan budgétaire annoncé la semaine dernière, qui mêle soutien massif aux factures énergétiques et baisses d’impôts tous azimuts, ciblant particulièrement les revenus les plus aisés.

«Nous avons agi rapidement pour protéger les ménages et entreprises cet hiver et l’hiver prochain», a argumenté le Trésor.

«Nous nous concentrons sur la croissance de l’économie et le niveau de vie pour tous» avant un nouveau budget de moyen terme le 23 novembre» qui «assurera que la dette recule dans sa part du PIB», a-t-il ajouté.

 

Jamais vu

Avec un taux d’inflation de quasiment 10% sur un an, le plus élevé du G7, le Royaume-Uni est déjà en récession selon la Banque d’Angleterre.

Dans une déclaration au ton jamais vu selon la plupart des économistes, le Fonds monétaire international (FMI) a vertement appelé Downing Street et le Chancelier Kwarteng à rectifier le tir.

«Vu les pressions inflationnistes élevées dans plusieurs pays, y compris le Royaume-Uni, nous ne recommandons pas de mesures budgétaires importantes non financées, car il est important que la politique budgétaire ne barre pas la route à la politique monétaire», a affirmé aussi le FMI.

«Le budget du 23 novembre présente une opportunité pour le gouvernement britannique de (…) réévaluer ses mesures fiscales, particulièrement celles qui visent les revenus les plus élevés», qui risquent «d’accroître les inégalités», sermonne le FMI.

L’agence de notation Moody’s a tenu des propos similaires, avertissant d’une «trajectoire de dette insoutenable».

Les mesures budgétaires du gouvernement ont «forcé la BoE à intervenir pour éviter une crise financière», et «cela marche déjà», constate Capital Economics. 

Depuis l’annonce de l’intervention, «les taux de rendement à 30 ans sont retombés», même si cette action en urgence de la banque centrale montre «que les marchés britanniques sont en périlleuse posture», ajoute le cabinet d’études.

Le chef de l’opposition britannique, le travailliste Keir Starmer, a pour sa part fustigé «le bazar créé par le gouvernement avec l’économie» du pays, l’appelant à trouver comment régler ces problèmes avant le budget de novembre, qu’il estime «trop éloigné».

Sur le même sujet

Londres et Singapour veulent accélérer le secteur des technologies financières

25/11/2022 | AFP

Londres domine les levées de fonds pour les start-up technologiques en Europe grâce aux technologies financières.

L'Australie ratifie des accords de libre-échange avec l'Inde et la Grande Bretagne

Les accords doivent être ratifiés par les parlements britannique et indien respectifs avant d’entrer en vigueur.

À la une

Après les États-Unis, cette PME veut imposer ses standards en Europe

Il y a 8 minutes | François Normand

Aux États-Unis, son Safety Arm System (SAS), le bras jaune installé sur les civières, est devenu la norme.

Bourse: le pour et le contre des ventes à perte à des fins fiscales

Il y a 38 minutes | Denis Lalonde

BALADO. Après une année difficile, le moment est peut-être venu de procéder à des ventes à perte à des fins fiscales.

Les cinq trucs d'une patronne de Google pour gravir les échelons de votre organisation

Il y a 37 minutes | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. La première suggestion qu’elle fait semble aller de soi. Et pourtant.