Il y a 60 ans, l'avènement du «téléphone rouge» entre Washington et Moscou

Publié le 29/11/2023 à 21:22

Il y a 60 ans, l'avènement du «téléphone rouge» entre Washington et Moscou

Publié le 29/11/2023 à 21:22

Par AFP

(Photo: 123RF)

Washington — Il y a 60 ans, une ligne directe de communication de crise était établie pour la première fois entre les États-Unis et l’Union soviétique: le fameux «téléphone rouge».

Envoyé de Washington à Moscou, le message daté du 30 août 1963 avait davantage pour but de tester toutes les lettres de l’alphabet latin que d’éviter un conflit imminent.

«THE QUICK BROWN FOX JUMPED OVER THE LAZY DOG'S BACK 1234567890», soit en français «le rapide renard marron a sauté par-dessus le dos du chien paresseux», était la teneur du message envoyé par la Maison-Blanche.

Depuis, la fameuse ligne de communication a permis d’envoyer des messages d’alerte entre Washington et Moscou, dont les relations sont au plus bas avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

La «hotline» a été mise en place dans le sillage de la crise des missiles de Cuba en 1962, le président américain John F. Kennedy et le leader soviétique Nikita Khrouchtchev s’accordant sur le fait que le monde était passé trop près d’une guerre nucléaire.

 

Base-ball et littérature

Contrairement à ce qui fut montré dans les films hollywoodiens, la ligne de communication n’a jamais été un téléphone rouge. À l’origine, elle fonctionnait grâce à un imposant télégraphe et des câbles sous l’Atlantique que chaque pays testait toutes les heures.

Le Pentagone, qui gérait les communications côté américain, envoyait généralement des faits triviaux, comme des résultats de match de base-ball, tandis que le Kremlin préférait envoyer des extraits de littérature russe, a affirmé en 2014 Howard Patrick, linguiste qui a aidé à faire fonctionner la première machine.

Dans une interview à «The Pioneer Press», il raconte le choc vécu quand la ligne a été utilisée pour la première fois, en novembre 1963. Le message, venant des États-Unis, annonçait aux Soviétiques que le président Kennedy avait été assassiné.

Et la première fois que la ligne fut employée pour empêcher un potentiel conflit entre les deux puissances fut en 1967, lors de la guerre des Six Jours entre Israël et des pays arabes.

Selon des responsables américains, 19 messages seront échangés au cours du conflit entre le président américain Lyndon B. Johnson et le leader soviétique Alexeï Kossyguine.

Lyndon B. Johnson deviendra un adepte du «téléphone rouge», connu à Washington sous le nom de «Molink», et enverra fréquemment à Moscou des nouvelles des missions spatiales Apollo.

La «hotline» sera de nouveau utilisée en 1973 lors d’un autre conflit israélo-arabe, la guerre du Kippour.

L’anecdote veut que le président américain d’alors, Richard Nixon, n’était absolument pas en état de répondre aux sollicitations du leader soviétique Léonid Brejnev. Selon des documents déclassifiés par la suite, Richard Nixon était en état d’ébriété, confronté à la déliquescence de sa présidence autour du scandale du Watergate.

Ce sont des conseillers de Richard Nixon, menés par le chef de la diplomatie Henry Kissinger, qui décident alors d’élever le niveau d’alerte des forces armées américaines.

 

«Message le plus ferme»

Le téléphone rouge ne sera pas utilisé seulement pour éviter les tensions entre les deux superpuissances. Parfois, des avertissements seront lancés par ce biais.

En 1979, le président Jimmy Carter envoie à Léonid Brejnev ce que l’Américain décrira plus tard comme «le message le plus ferme» de son mandat, dans lequel il dénonce l’invasion soviétique de l’Afghanistan.

L’année suivante, le président américain avertit l’Union soviétique de «graves conséquences» si elle vient à envahir la Pologne afin d’écraser le mouvement syndical Solidarnosc. Le Kremlin n’interviendra pas.

En 2008, le téléphone rouge est remplacé par une connexion courrielle sécurisée. En 2016, Barack Obama l’utilise pour protester auprès du président russe Vladimir Poutine de l’ingérence présumée dans l’élection présidentielle américaine par Moscou.

Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, Washington a fortement restreint ses liens diplomatiques avec Moscou. Mais l’an dernier, le conseiller à la sécurité nationale de Joe Biden, Jake Sullivan, avait cependant assuré que les États-Unis «avaient la capacité de parler directement à de hauts niveaux» à la Russie, et ce, «sans équivoque».

Sur le même sujet

Primaire républicaine: fin de la course pour Nikki Haley?

23/02/2024 | François Normand

ANALYSE. Ce samedi, Donald Trump devrait battre sa rivale Nikki Haley en Caroline du Sud, selon les sondages.

Le réseau social Reddit dépose son projet de cotation à New York

22/02/2024 | AFP

L'entreprise américaine fondée en août 2005 précise avoir 267,5 millions d'utilisateurs uniques par semaine.

À la une

Possible victoire russe en Ukraine: de graves répercussions

23/02/2024 | François Normand

ANALYSE. Plusieurs facteurs rendent difficiles pour l'Ukraine la reprise des territoires conquis par la Russie.

Bourse: le Dow Jones et le S&P 500 sur de nouveaux records

Mis à jour le 23/02/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a clôturé en hausse de près de 100 points.

Bourse: les gagnants et les perdants du 23 février

Mis à jour le 23/02/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.