États-Unis: le déficit commercial continue à se réduire en août

Publié le 05/10/2022 à 09:30

États-Unis: le déficit commercial continue à se réduire en août

Publié le 05/10/2022 à 09:30

Par AFP

En août, le déficit de biens et services avec le reste du monde s’est élevé à 67,4 milliards de de dollars US. (Photo: 123RF)

Washington — Le déficit commercial des États-Unis continue de se réduire, avant tout du fait d’une baisse des importations, notamment pétrolières, alors que les exportations sont également en léger retrait.

En août, le déficit de biens et services avec le reste du monde s’est élevé à 67,4 milliards de de dollars US (G$US), selon les données publiées par le département du Commerce.

Il s’agit d’une baisse sensible, de 4,3% par rapport au mois de juillet, qui avait connu un repli particulièrement marqué (12,6%) et pour lesquelles les données ont été révisées en légère baisse (70,5 G$US au lieu de 70,6 milliards annoncés initialement).

Pour août, le déficit commercial est proche des attentes des analystes, qui tablaient sur 67,7 G$US.

Le déficit commercial des États-Unis se réduit depuis plusieurs mois, mais ce mois marque le recul le moins fort depuis mai 2021, selon le cabinet de conseil HFE.

Pour juillet et août, la moyenne du déficit commercial est de 68,9 G$US, ce qui confirme la décélération observée sur les deux trimestres précédents (94,3 milliards sur le premier, 84,5 milliards sur le deuxième), relève également le cabinet.

«L’affaiblissement de la croissance mondiale suggère un ralentissement à venir des échanges commerciaux, par ailleurs le dollar fort pèse sur les exportations et la demande intérieure en baisse va peser sur la croissance des importations dans les mois à venir», a estimé Rubeela Farooqi, chef économiste pour les États-Unis du cabinet HFE.

Dans le détail, les exportations de biens ont reculé de 700 millions de dollars US sur le trimestre, principalement du fait d’une baisse du cours des matières premières, alors que les services sont en repli de 100 M$US, sous l’effet d’un ralentissement du tourisme.

Côté importations, la baisse concerne en premier lieu les matières premières et biens industriels, tout particulièrement les produits pétroliers, alors que le secteur automobile est en hausse.

Le déficit commercial avec la Chine, qui reste le premier partenaire commercial des États-Unis, s’est de nouveau réduit, très fortement, passant de 100,8 G$US en juillet à 33,5 G$US en août.

Cette baisse, tant des importations que des exportations, devrait se poursuivre, entre politiques toujours offensives de la part de la banque centrale américaine (Fed) afin de lutter contre une inflation qui baisse plus lentement qu’envisagé, avec notamment un impact attendu sur le chômage malgré un marché de l’emploi qui reste dynamique.

Les risques de ralentissement mondial pèsent de plus en plus, alors que notamment la zone euro semble s’orienter vers une récession plus ou moins marquée en 2023.

Sur le même sujet

Dr Martens perd 20% en bourse

24/11/2022 | AFP

Le bénéfice net a reculé de 8% sur un an à 44,7 millions de livres.

L’art de retenir ses membres du personnel

23/11/2022 | Maxime Bilodeau

RÉTENTION DE MAIN-D'OEUVRE. Les organisations culturelles québécoises font preuve d’une créativité sans borne.

À la une

Bourse: Wall Street termine en ordre dispersé

Mis à jour à 18:14 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Toronto a clôturé en hausse d’environ 70 points, avec des résultats mitigés selon les secteurs.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

Mis à jour à 17:22 | Refinitiv

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

À surveiller: Saputo, Rogers et Banque Nationale

Que faire avec les titres Saputo, Rogers et Banque Nationale? Voici quelques recommandations d’analystes.