Eau: 20 ex-chefs d'État sonnent l'alarme

Publié le 31/05/2011 à 21:49, mis à jour le 01/06/2011 à 09:55

Eau: 20 ex-chefs d'État sonnent l'alarme

Publié le 31/05/2011 à 21:49, mis à jour le 01/06/2011 à 09:55

crédit: Bloomberg

Une vingtaine d'anciens chefs d’État réunis depuis trois jours à Québec sonnent l’alarme : le monde a besoin de leadership en matière d'eau.

Les 20 membres du Conseil InterAction qui participent cette année à la réunion annuelle, dont l'ancien président des États-Unis, Bill Clinton, l'ancien président mexicain, Vicente Fox et les anciens premiers ministres Yasuo Fukuda, du Japon, et Gro Brundtland, de la Norvège, ont convenu aujourd'hui d'instaurer un comité afin d'aider à combler ce grave manquement.

Soutenant que «le leadership international en matière de questions liées à l'eau est quasi inexistant», ces ex-chefs de gouvernement mentionnent que le comité travaillera à faire ressortir ce problème au plan politique, dans le but d'éviter une «crise de l'eau» imminente.

Le groupe a vivement recommandé un nouveau code d'éthique international concernant l'eau et a proposé quelque 21 recommandations quant à la gestion future de l'eau à l'échelle mondiale.

Outre qu'il faut «placer la question de l'eau à la tête du programme politique mondial», ils recommandent de lier les problèmes d'eau et la recherche sur les changements climatiques, de faire du droit à l'eau un droit exécutoire, d'augmenter le prix de l'eau afin que ce dernier reflète sa valeur économique tout en en faisant provision pour les personnes vivant dans la pauvreté et de pousser le Conseil de sécurité des Nations unies à considérer l'eau comme une préoccupation en matière de sécurité.

 

 

À la une

Le «B2B» et le «B2C» sont-ils morts sur les réseaux sociaux?

Il y a 48 minutes | Élisabeth Abbatiello

EXPERTE INVITÉE. En suivant ces règles d'or, nous avons réussi à passer de 0 à 600 000 abonnés sans dépenser un sou.

Norea Capital mise sur Versacom

Seulement au Canada, le marché dans lequel Versacom évolue est évalué à 3,5 milliards de dollars.

Bourse: vendre ou ne pas vendre, telle est la question!

SE LANCER EN BOURSE. Acheter des actions est relativement facile, mais les vendre c'est une autre paire de manches.