É.-U.: deux responsables de la Fed répètent que les taux resteront élevés

Publié le 20/05/2024 à 13:34

É.-U.: deux responsables de la Fed répètent que les taux resteront élevés

Publié le 20/05/2024 à 13:34

Par AFP

«Nous devrons accorder encore un peu de temps à notre politique restrictive pour continuer à faire son travail», a déclaré Michael Barr, vice-président de la Réserve fédérale chargé de la régulation bancaire, lors d’une conférence organisée par la Fed d’Atlanta à Fernandina Beach en Floride. (Photo: 123RF)

Les deux vice-présidents de la banque centrale américaine (Fed) ont répété lundi que les taux d’intérêt resteront élevés plus longtemps que prévu, après un rebond de l’inflation début 2024 qui les pousse à une approche prudente. 

«Nous devrons accorder encore un peu de temps à notre politique restrictive pour continuer à faire son travail», a déclaré Michael Barr, vice-président de la Réserve fédérale chargé de la régulation bancaire, lors d’une conférence organisée par la Fed d’Atlanta à Fernandina Beach (Floride).

Par conséquent, selon lui, la meilleure approche est pour la Fed, de «rester stable et surveiller de près l’évolution des conditions».

Il se dit également «vigilant quant aux risques liés à la réalisation des deux volets de notre mandat», à savoir la stabilité des prix et le plein emploi.

L’inflation avait rapidement ralenti aux États-Unis fin 2023, encourageant la Fed à envisager de commencer à baisser ses taux, qui se trouvent depuis juillet à leur plus haut niveau en 20 ans, entre 5,25 et 5,50%.

Mais un rebond des prix début 2024 l’a conduite à repousser cette perspective. 

«Les chiffres de l’inflation au premier trimestre de cette année ont été décevants. Ces résultats ne m’ont pas apporté la confiance que j’espérais obtenir en faveur de l’assouplissement de la politique monétaire en réduisant les taux», a ainsi dit Michael Barr.

L’autre vice-président de la Fed, Philip Jefferson, a rappelé que le comité de politique monétaire (FOMC) a, le 1er mai à l’issue de sa réunion, «indiqué qu’il ne pensait pas qu’il serait approprié de réduire (les taux) tant qu’il n’aurait pas acquis une plus grande confiance dans le fait que l’inflation évolue durablement vers 2%».

«Notre taux directeur se situe en territoire restrictif alors que nous continuons de voir le marché du travail s’équilibrer et l’inflation diminuer, un reflux loin d’être aussi rapide que je l’aurais souhaité», a-t-il ajouté, lors d’un discours à New York devant l’association des banquiers immobiliers (MBA).

En avril cependant, la hausse des prix à la consommation a repris sa trajectoire à la baisse, à 3,4% sur un an contre 3,5% en mars, selon l’indice CPI.

L’inflation sous-jacente, qui exclut l’alimentation et l’énergie, est même tombée à son plus bas niveau depuis trois ans.

La Fed privilégie une autre mesure de l’inflation, l’indice PCE, qui s’élevait en mars à 2,7% sur un an. Les données d’avril seront publiées le 31 mai.

Les acteurs du marché anticipent majoritairement une première baisse des taux en septembre, selon l’évaluation de CME Group.

 

 

Sur le même sujet

Augmentation de la fraude financière: stratégies pour protéger votre argent

14/06/2024 | Morningstar

Méfiez-vous des dernières escroqueries financières qui ciblent les Canadiens dans tout le pays.

La francophonie, futur boom économique

13/06/2024 | Dominique Talbot

«Il faut voir la francophonie comme une chose pour laquelle il faut passer à l’offensive.»

À la une

Un gouvernement du RN menacerait nos entreprises en France

14/06/2024 | François Normand

ANALYSE. Les droites radicale et populiste minent l’économie et le niveau de vie des pays, selon des études empiriques.

Banque du Canada: jusqu'à cinq baisses de taux d'ici juin 2025

14/06/2024 | Denis Lalonde

BALADO. Les données américaines sur l’inflation pourraient conforter la Banque du Canada dans ses baisses de taux.

Bourse: Wall Street termine en ordre dispersé, mais le Nasdaq enchaîne un 5ème record d'affilée

Mis à jour le 14/06/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a terminé dans le rouge.