Des groupes demandent un accord commercial Canada-Inde

Publié le 04/08/2022 à 09:59

Des groupes demandent un accord commercial Canada-Inde

Publié le 04/08/2022 à 09:59

Par La Presse Canadienne

Les négociations commerciales entre le Canada et l’Inde ont débuté en 2010 sous le gouvernement conservateur de l’ancien premier ministre Stephen Harper. (Photo: 123RF)

Ottawa — Alors que le Canada et d’autres pays occidentaux intensifient leurs efforts pour renforcer leurs liens politiques et économiques en Asie, des groupes du milieu des affaires demandent au gouvernement fédéral de conclure enfin un accord commercial avec l’Inde.

Le Conseil canadien des affaires et le Conseil commercial Canada-Inde ont publié jeudi un rapport qui examine les relations commerciales actuelles du Canada avec l’Inde et les avantages économiques qui découleraient de l’établissement d’un accord commercial.

Le rapport, qui comprend une analyse de Ciuriak Consulting commandée par les deux conseils, qualifie l’Inde de «l’une des plus grandes opportunités commerciales inexploitées du Canada» et compare son économie à celle de la Chine il y a deux décennies.

L’analyse révèle que même si le commerce avec l’Inde a augmenté en moyenne de près de 12% sur deux décennies, le Canada a perdu sa part de marché au fil des ans.

«La meilleure voie à suivre est un accord de partenariat économique global (CEPA) avec l’Inde», indique le rapport, estimant qu’un tel accord augmenterait le commerce bilatéral de 8,8 milliards de dollars (G$) par an et entraînerait une augmentation annuelle du PIB de 0,25% d’ici 2035.

Les négociations commerciales entre le Canada et l’Inde ont débuté en 2010 sous le gouvernement conservateur de l’ancien premier ministre Stephen Harper.

Douze ans plus tard, aucun accord n’a encore été conclu.

Après des années d’immobilisme pour parvenir à un accord, le Canada et l’Inde ont annoncé au début de 2022 qu’ils avaient repris les pourparlers en vue d’un accord de libre-échange global.

L’annonce a été faite à la suite d’un voyage en Inde de la ministre du Commerce international, Mary Ng.

Mme Ng et son homologue indien, le ministre Piyush Goyal, ont convenu de relancer les négociations dans le but d’obtenir un accord commercial de progrès rapide, qui tiendrait dans l’intervalle jusqu’à ce que des progrès soient réalisés sur l’établissement d’un accord commercial global.

Les deux ministres ont tenu des appels mensuels depuis la visite pour de nouvelles discussions.

Selon un haut responsable du gouvernement au courant des négociations, un accord commercial préliminaire devrait être conclu dans les mois à venir.

Le responsable, qui s’est exprimé sous couvert d’anonymat pour partager des informations non encore publiques, a déclaré que l’accord évitera les questions litigieuses liées au commerce qui nécessiteraient plus de temps pour négocier.

La possibilité d’un accord survient alors que le gouvernement fédéral travaille à la publication de sa stratégie indo-pacifique, qui visera à renforcer sa portée politique et économique dans la région.

Vivek Dehejia, professeur agrégé d’économie à l’Université Carleton, affirme que le terme «Indo-Pacifique» lui-même est une tentative de renforcer la proéminence de l’Inde dans la région, qui était auparavant appelée «l’Asie-Pacifique». Ce changement, dit-il, est motivé par la perception occidentale de la Chine comme une menace.

En ce qui concerne l’intérêt du Canada pour un accord commercial, Vivek Dehejia dit que le fait que l’Inde est l’économie majeure à la croissance la plus rapide en fait un pays attrayant d’un point de vue commercial.

Cependant, l’économiste, qui étudie la mondialisation et le développement économique de l’Inde, affirme que le commerce entre les deux pays est relativement faible par rapport à d’autres pays. En 2021, l’Inde était le treizième partenaire commercial du Canada.

«L’éléphant dans la pièce est que le véritable moteur de la relation entre le Canada et l’Inde, je ne le vois plus comme l’économie, c’est vraiment dirigé par la diaspora», a déclaré Vivek Dehejia.

La diaspora indienne, qui est concentrée dans des régions métropolitaines comme celle du Grand Toronto, est composée d’électeurs flottants, a-t-il dit, ajoutant une incitation politique à conclure un accord.

En ce qui concerne les perspectives du Canada pour conclure un accord, VivekDehejia a déclaré qu’il y avait des signes positifs qu’une telle entente pourrait effectivement être à l’horizon. Alors que l’Inde a toujours été fermée aux négociations commerciales, elle s’est récemment montrée plus ouverte à ces négociations.

L’Inde et le Royaume-Uni devraient conclure un accord de libre-échange cet automne et l’Inde a également relancé les négociations commerciales avec l’UE.

«Je pense que (l’Inde) a réalisé que le commerce est tout simplement trop important pour qu’elle le mette en veilleuse», a-t-il déclaré.

Vivek Dehejia a déclaré que le premier ministre Justin Trudeau était également incité à conclure un accord et à le publier comme une victoire pour son gouvernement.

En février 2018, Justin Trudeau s’est rendu en Inde, où les affaires officielles ont été éclipsées par les vêtements indiens traditionnels portés par sa famille et par l’invitation de Jaspal Atwal, un condamné pour tentative de meurtre, à deux événements officiels.

La poursuite d’accords commerciaux par l’Inde intervient alors que de nombreux pays, y compris le Canada, font le point sur leur position vis-à-vis de la Chine dans un contexte de préoccupations croissantes concernant les droits de la personne.

Comme le dirigeant chinois, le premier ministre indien Narendra Modi a également été largement critiqué pour avoir perpétué les violations des droits de la personne, notamment dans un rapport de Human Rights Watch l’année dernière qui accusait son gouvernement de soumettre ses détracteurs à la surveillance, aux poursuites à motivation politique, au harcèlement, à la pêche à la traîne en ligne, à la fiscalité des raids et la fermeture de groupes d’activistes.

L’Inde a également refusé de condamner l’invasion de l’Ukraine par la Russie en raison de ses relations diplomatiques de longue date avec Moscou et de sa dépendance aux armes russes.

Vivek Dehejia a averti que pour que les négociations réussissent, il serait préférable d’éviter de mélanger la politique sociale avec la politique commerciale, notant que les critiques du Canada à l’égard du gouvernement indien ont été mal reçues dans le passé.

En 2020, Justin Trudeau a fait des remarques en faveur des agriculteurs indiens protestataires, affirmant qu’il était préoccupé par les manifestations en Inde et que le Canada soutiendrait toujours le droit des agriculteurs d’être entendus. En réponse, le gouvernement indien avait déclaré que ces commentaires constituaient une ingérence dans ses affaires et pouvaient nuire à ses relations avec le Canada.

«À certains égards, les deux gouvernements doivent essayer de compartimenter l’accord commercial et s’en servir pour dire, écoutez, vous savez, les relations entre le Canada et l’Inde s’améliorent enfin. Nous avons finalement obtenu cet accord commercial», a dit Vivek Dehejia.

Sur le même sujet

L'Italie prendra-t-elle un virage «illibéral»?

24/09/2022 | François Normand

ANALYSE. L'élection législative de dimanche pourrait porter au pouvoir un parti issu de la nostalgie mussolinienne.

Les banques canadiennes ont le droit de partager des informations avec les États-Unis

La Cour d’appel fédérale a confirmé la constitutionnalité de la loi sur le partage d'informations avec les États-Unis.

À la une

Les chefs à la recherche de l'élément qui convaincra l'électorat

Les Québécois et les Québécoises ont commencé à aller aux urnes ce dimanche.

Qui a brillé à «Tout le monde en parle», selon vous?

25/09/2022 | Les Affaires

Les cinq chefs de parti ont croisé le fer à l'émission animée par Guy A. Lepage. «Les Affaires» veut votre avis!

Les chefs participent à l'émission «Tout le monde en parle»

Les chefs de parti sont interrogés par l'animateur Guy A. Lepage.