Budget: le gouvernement veut inciter les entreprises à être encore plus vertes

Publié le 07/04/2022 à 16:33

Budget: le gouvernement veut inciter les entreprises à être encore plus vertes

Publié le 07/04/2022 à 16:33

Par Charles Poulin

Pour aider les entreprises à faire la transition vers des VZE, le gouvernement propose de verser 547,5 M$ sur quatre ans à Transports Canada pour qu’il lance un nouveau programme d’incitation d’achat pour les véhicules moyens et lourds. (Photo: 123RF)

BUDGET FÉDÉRAL. Le budget fédéral propose 5 milliards de dollars d’incitatifs, de programmes et de crédits d’impôt pour emmener les entreprises du pays à être encore plus vertes au cours des cinq prochaines années.

Le gouvernement avance notamment d’ambitieuses cibles pour les ventes de véhicules zéro émission (VZE) d’ici 2040. Pour réduire les émissions des véhicules moyens et lourds, le gouvernement vise que les VZE représentent 35% des ventes totales en 2030 et 100% des ventes pour certaines catégories de véhicules en 2040, dépendamment de l’évolution et de la disponibilité des technologies appropriées.

Pour aider les entreprises à faire la transition vers des VZE, le gouvernement propose de verser 547,5 M$ sur quatre ans à Transports Canada pour qu’il lance un nouveau programme d’incitation d’achat pour les véhicules moyens et lourds. Il ajoute 199,6 M$ sur cinq ans, puis 400 000 $ les années subséquentes, pour «décarboniser» les véhicules déjà sur les routes.

«En effectuant ces investissements, le gouvernement fait un pas important vers la réduction de la pollution sur les routes», soutient-il dans sa documentation budgétaire.

Et comme ces nouveaux véhicules auront besoin de recharger une fois en route, le budget prévoit 400 M$ sur cinq ans pour financer le déploiement de l’infrastructure de recharge des VZE dans les communautés urbaines et suburbaines partout au pays.

 

Captage de carbone

Le budget propose également des crédits d’impôt pour le captage, l’utilisation et le stockage du carbone. Ainsi, les entreprises qui font des investissements matériels pourraient utiliser ces crédits.

De 2022 à 2040, un crédit de 60% serait accordé pour l’investissement en matériel servant à capter le gaz carbonique (CO2) dans le cadre de projets d’extraction directe dans l’air, de 50% dans le matériel de captation de projets autres de captation, utilisation et stockage ainsi que 37,5% dans du matériel servant au transport, au stockage et à l’utilisation.

Le gouvernement veut tellement inciter les entreprises à faire vite que les crédits seront coupés de 50% entre 2031 et 2040. Il estime que cette mesure devrait lui coûter 2,6 G$ sur cinq ans, puis 1,5 G$ annuellement jusqu’en 2030.

 

Autres mesures

Le budget prévoit 1,05 G$ pour des mesures destinées à rendre l’agriculture plus durable. Parmi elles: tripler la taille du Programme des technologies propres en agriculture, l’élargissement du Fonds d’action à la ferme pour le climat, un nouveau programme de paysages agricoles résilients pour appuyer la séquestration du carbone ainsi que des fonds pour appuyer la recherche postsecondaire dans le développement de technologies et de variétés de culture qui permettront l’agriculture carboneutre.

Le gouvernement met aussi de l’avant un nouveau crédit pour les investissements dans les technologies propres. Le crédit d’impôt pourrait atteindre 30% des investissements axés sur les technologies à zéro émission, les solutions d’entreposage par batteries et l’hydrogène propre.

 

Sur le même sujet

À la une

Et si François Legault s'inspirait de l'autre modèle allemand?

ANALYSE. L'Allemagne a non seulement un secteur manufacturier très dynamique, mais aussi un mode de scrutin exemplaire.

Le PQ fait peu de cas de la perte de l’appui éditorial du journal «Le Devoir»

Mis à jour à 12:08 | La Presse Canadienne

S’il a perdu le soutien du quotidien, Paul St-Pierre Plamondon espère convaincre les indécis.

Nadeau-Dubois invite à «une grande jase politique» pour convaincre les indécis

Mis à jour à 12:04 | La Presse Canadienne

«Là c'est important de parler à vos parents, grands-parents, de leur dire ce qui vous inquiète pour l'avenir.»