Bombardier assure qu’elle pourra maintenir son altitude malgré les vents de face

Publié le 02/11/2023 à 11:05

Bombardier assure qu’elle pourra maintenir son altitude malgré les vents de face

Publié le 02/11/2023 à 11:05

Par La Presse Canadienne

Le dirigeant de Bombardier Éric Martel a souligné jeudi que les conditions restaient favorables pour les opérateurs de flotte. (Photo: La Presse Canadienne)

Malgré l’incertitude économique et les turbulences chez ses concurrents, Bombardier a dépassé les attentes des analystes à son plus récent trimestre grâce à la forte demande pour ses jets d’affaires. 

Son grand patron, Éric Martel, prévoit même que les activités décolleront encore plus haut. Il laisse miroiter une augmentation des livraisons au cours des trois derniers mois de l’exercice et en 2024, tout en visant un carnet de commandes stable.

Le dirigeant a souligné jeudi que les conditions restaient favorables pour les opérateurs de flotte. Ce segment connaît un regain de popularité auprès des voyageurs fortunés, car il offre une plus grande confidentialité qu’un voyage à bord d’un appareil dont on est le propriétaire. «On continue de voir un marché qui est quand même très actif.»

Tandis que cette demande vigoureuse se stabilise, le secteur de la défense pourrait venir en renfort pour assurer le maintien du carnet de commandes, a évoqué M. Martel. «On a commencé à mettre des efforts, il y a environ deux ans, sur le secteur de la défense et nos activités de défense vont très bien.»

«Ce sont des projets aussi qui prennent beaucoup de temps à concrétiser, a-t-il ajouté. On doit y aller par appel d’offres. Donc, ce ne sont pas des choses qui se règlent en quelques jours. Ce sont des choses qui prennent des mois, des années. On anticipe, l’an prochain, de voir des commandes qu’on va commencer à générer de ce côté−là.»

Bombardier a livré 31 appareils durant le mois de juillet, août et septembre, ce qui représente 82 appareils pour les neuf premiers mois de l’année. La société prévoit toujours atteindre son objectif de 138 livraisons cette année, ce qui implique une importante accélération de la cadence de livraison.

M. Martel a assuré que Bombardier était en bonne posture pour atteindre cet objectif à un moment où ses concurrents connaissent des difficultés en raison des perturbations de la chaîne d’approvisionnement.

Il a attribué le succès de l’entreprise à l’achat de pièces et d’équipement en avance et au rapatriement à l’interne de certaines activités. «On devait avoir toutes les pièces et l’équipement qui nous vient de la chaîne d’approvisionnement. Alors, on est en excellente posture.»

Dans un contexte logistique difficile, Bombardier est parvenu à livrer un appareil de plus que les prévisions du consensus des analystes, a souligné l’analyste Benoit Poirier, de Desjardins Marché des capitaux. «Bombardier est le seul constructeur d’avions qui a dépassé les attentes de livraisons.»

La valeur du carnet de commandes de la société a légèrement diminué, passant de 14,9 milliards de dollars américains (G$US) à 14,7 G$US. Toutefois, le ratio des nouvelles commandes aux livraisons est de 1,1. Bombardier veut maintenir ce ratio à au moins 1,0, un seuil qui indiquerait que l’entreprise livre autant d’appareils qu’elle reçoit de commandes.

«Le marché pourrait s’inquiéter du léger déclin du carnet de commandes, mais les conditions de l’industrie restent saines et les commandes déjà obtenues permettront de soutenir la rentabilité et une amélioration des flux de trésorerie dans les prochaines années», a estimé l’analyste de la Financière Banque Nationale, Cameron Doerksen.

Bombardier a généré 80 millions de dollars américains (M$US) en flux de trésorerie, un indicateur surveillé de près par les investisseurs au moment où l’entreprise tente de réduire sa dette. La société dispose de 1,2 G$US en liquidités disponibles.

Bombardier a dévoilé des résultats supérieurs aux attentes, malgré une perte nette de 37 M$US. Le bénéfice ajusté par actions s’est établi à 73 cents. Les revenus, pour leur part, sont en hausse de 28% pour s’établir à 1,9 G$US.

Avant la publication des résultats, les analystes anticipaient un bénéfice par action de 46 cents et des revenus de 1,75 G$US, selon la firme de données financières Refinitiv.

L’action de Bombardier gagnait jeudi matin 4,64 $, ou 10,3%, à 49,75 $ à la Bourse de Toronto.

 

À (re)lire: Bombardier: les 12 travaux d'Éric Martel

 

 

À la une

Deux producteurs de graphite du Québec dénoncent la concurrence chinoise

Il y a 22 minutes | François Normand

La North American Graphite Alliance exhorte Washington d’imposer des tarifs sur des importations chinoises de graphite.

Télécom: «Ça devient encore plus concurrentiel», note le patron de Québecor

Il y a 13 minutes | La Presse Canadienne

Québecor a dévoilé jeudi des résultats inférieurs aux attentes des analystes.

Hausses de bénéfices pour Québecor, au 4T de 2023 et pour l'exercice

Le conseil d’administration a déclaré mercredi un dividende trimestriel de 0,325 $ par action.