Anglade se dit mieux préparée que Legault à affronter une récession

Publié le 26/09/2022 à 12:09, mis à jour le 26/09/2022 à 18:16

Anglade se dit mieux préparée que Legault à affronter une récession

Publié le 26/09/2022 à 12:09, mis à jour le 26/09/2022 à 18:16

Par La Presse Canadienne

Selon Dominique Anglade, la CAQ n’avait jamais anticipé la crise inflationniste et elle peine à reconnaître le problème majeur que représente la pénurie de main-d’œuvre. (Photo: La Presse Canadienne)

Les libéraux seraient mieux préparés à affronter une récession économique que la Coalition avenir Québec (CAQ), selon Dominique Anglade.

«Absolument mieux préparée!», a lancé sans hésiter la cheffe libérale lorsqu’on lui a demandé de comparer son équipe à celle du gouvernement sortant.

La cheffe libérale estime que son parti est plus apte à anticiper les soubresauts de l’économie que la CAQ et que ses mesures sont mieux adaptées.

«Nous, on anticipe cette situation-là et on pose des gestes qui vont être récurrents à la fin justement pour faire face à la musique», a argué Mme Anglade en ajoutant que distribuer «500$ à droite et à gauche» n’est pas une solution.

En conférence de presse, lundi matin, Mme Anglade a non seulement reconnu que la probabilité de voir l’économie se contracter existe réellement, elle craint aussi que le Québec soit frappé plus durement en raison de la pénurie de main-d’œuvre qui sévit.

«Il nous manque de monde, alors s’il y en a une, c’est sûr qu’on risque d’être frappés de manière importante», a-t-elle précisé.

Selon Dominique Anglade, la CAQ n’avait jamais anticipé la crise inflationniste et elle peine à reconnaître le problème majeur que représente la pénurie de main-d’œuvre. Elle estime donc que l’équipe Legault n’est pas la mieux placée pour gérer un gouvernement en temps de récession.

À son avis, le risque de récession justifie «le fait qu’on a besoin de donner de l’oxygène à notre population», ce qui se traduit pour les libéraux en une aide de 5000$ pour les familles, notamment.

«Il faut aussi rappeler à tous nos aînés du Québec que dans une récession, la seule chose qui risque de ne pas augmenter c’est votre revenu, d’où l’importance d’une allocation aux aînés», a-t-elle renchéri.

Lundi, le PLQ a remis à l’avant-plan sa promesse d’investir 4 milliards de dollars (G$) de plus dans les infrastructures scolaires. On croit ainsi être en mesure de livrer l’«équivalent de 45 à 50 écoles» par des chantiers de rénovations et de nouvelles constructions.

Ces 4G$ seraient puisés à même le Plan québécois des infrastructures en modifiant la cote de priorité des projets pour faire plus de place aux écoles.

En après-midi, la cheffe a fait un saut dans son propre quartier général pour encourager son équipe de bénévoles et pour effectuer quelques appels auprès d’électeurs libéraux. La cheffe assure être en confiance à l’approche du scrutin. D’après son équipe, l’électorat libéral a déjà commencé à s’exprimer fortement depuis le début du vote par anticipation.

Dominique Anglade a démarré sa dernière semaine de campagne électorale par une tournée médiatique en accordant des entrevues aux animateurs Paul Arcand, du 98,5 FM, et Alec Castonguay, de la Première chaîne de Radio-Canada. Elle a également rencontré la table éditoriale de La Presse, avant d’être invitée à «La Semaine des 4 Julie» sur Noovo.

Fin de campagne en avion

Dominique Anglade se plaît à marteler qu’elle joue «à l’offensive» dans cette campagne et elle entend bien continuer de le faire. Bien que des courses s’annoncent serrées dans des circonscriptions libérales de la grande région de Montréal, la cheffe passera le week-end aux Îles-de-la-Madeleine, à Bonaventure et à Kuujjuaq.

L’itinéraire de Dominique Anglade prévoit une tournée en avion les 1er et 2 octobre, qui inclut un départ de Montréal vers la Gaspésie, samedi, suivi d’un saut aux Îles pour la nuit. Puis, dimanche, pour le dernier jour de la campagne électorale, la cheffe libérale s’envolera vers le Nord-du-Québec pour y passer quelques heures avant de rentrer à Montréal.

«Premièrement, il y a quelque chose d’important qui s’est produit aux Îles-de-la-Madeleine, donc je pense que c’est le premier message à envoyer, a justifié Mme Anglade à propos de ce voyage de dernière minute. On va aller expliquer ce qu’on a à proposer aux Madelinots. La charte des régions a un énorme impact dans la région des Îles-de-la-Madeleine.»

Lorsqu’on lui soumet que les vols peuvent être parfois incertains dans ces régions éloignées, où la météo peut s’avérer capricieuse, la cheffe libérale a cherché à minimiser ces risques.

«C’est un choix qui a du sens en fin de campagne. On ne peut pas tout prévoir dans la vie, mais je pense que l’organisation va s’assurer qu’on sera de retour pour le 3 octobre», a-t-elle répondu.

Dominique Anglade a donc bien l’intention de jouer le jeu jusqu’à la toute dernière minute.

Sur le même sujet

Mise à jour économique: l'opposition déplore l'absence de nouvelles mesures

Le chef du PQ a accusé le gouvernement Legault de volonté politique dans le dossier des surprofits des pétrolières.

Mise à jour économique: la baisse d’impôt soulève critiques et appuis

Eric Girard a présenté jeudi la mise à jour économique et financière dans un contexte d’incertitude.

À la une

Après les États-Unis, cette PME veut imposer ses standards en Europe

Il y a 22 minutes | François Normand

Aux États-Unis, son Safety Arm System (SAS), le bras jaune installé sur les civières, est devenu la norme.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Mis à jour il y a 4 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les Bourses mondiales dans l'attente de chiffres sur l'inflation américaine

Bourse: le pour et le contre des ventes à perte à des fins fiscales

Il y a 52 minutes | Denis Lalonde

BALADO. Après une année difficile, le moment est peut-être venu de procéder à des ventes à perte à des fins fiscales.