Les Québécois dépensent moins et épargnent plus

Publié le 13/02/2013 à 11:27

Les Québécois dépensent moins et épargnent plus

Publié le 13/02/2013 à 11:27

Par La Presse Canadienne

[Photo : Bloomberg]

Les ventes au détail ont augmenté de 1,4% l'an dernier au Québec selon un rapport dévoilé mercredi par le Conseil québécois du commerce de détail (CQCD), qui souligne également une hausse du taux d'épargne des Québécois.

L'étude du Groupe Altus portant sur le bilan de l'année 2012 et les prévisions économiques pour 2013 indique que les ventes au détail ont atteint 103,9 milliards $ au Québec.

Cette augmentation de 1,4% est moindre que celle enregistrée dans l'ensemble du Canada, où les ventes au détail ont grimpé de 3,1% pour atteindre 470,7 milliards $.

Les magasins d'appareils électroniques et d'électroménagers ont toutefois connu un important recul. Leurs ventes ont baissé de 9,3% au Québec, contre 4,7% au Canada.

Quant au taux d'épargne, il a légèrement augmenté de 2,2% l'an dernier, au Québec. Il s'agit d'une remontée par rapport à l'an dernier, alors que le taux d'épargne des Québécois avait diminué de 2,4% en 2011, une première depuis 2001.

Le CQCD remarque en outre que le nombre de faillites commerciales dans le secteur du commerce de détail a diminué de 5% à travers le pays en 2012.

Quelque 438 000 personnes travaillaient dans le secteur du détail, l'an dernier.

Le Conseil prévoit que la croissance des ventes au détail au Québec devrait atteindre 1% en 2013.

À la une

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

Mis à jour il y a 8 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les Bourses mondiales digèrent une série d'informations importantes.

Pourquoi laissons-nous agir les patrons dominateurs?

Il y a 42 minutes | Olivier Schmouker

MAUDITE JOB! «Mon boss est dominateur, arrogant, invivable. Pourquoi personne ne dit rien contre lui?»

Banque CIBC: recul des résultats au 4T et de l'ensemble de l'exercice 2022

Il y a 28 minutes | La Presse Canadienne

La banque affirme qu’elle a maintenu la solidité de ses fonds propres et de saines pratiques de gestion du risque.