Transat a renoué avec la rentabilité en juillet, mais est prêt pour des turbulences

Publié le 08/09/2022 à 14:24

Transat a renoué avec la rentabilité en juillet, mais est prêt pour des turbulences

Publié le 08/09/2022 à 14:24

Par La Presse Canadienne

À propos de la prochaine saison hivernale, Air Transat rapporte que sa capacité est égale à celle déployée en 2019. (Photo: La Presse Canadienne)

Le ciel s’éclaircit pour le voyagiste Transat A.T. qui a connu en juillet son premier mois de rentabilité en plus de deux ans, mais le transporteur aérien se prépare «au cas où» la pandémie provoquerait de nouvelles turbulences, si bien qu’il projette générer des bénéfices sur une base annuelle «au plus tard» en 2024.

«Nos clients ont clairement décidé de recommencer à voyager et l’envolée du nombre de voyageurs que nous avons constatée depuis le trimestre précédent est désormais bien établie», s’est réjouie jeudi la présidente et cheffe de la direction de l’entreprise, Annick Guérard, lors d’une conférence téléphonique avec des analystes pour discuter des résultats du troisième trimestre.

Mme Guérard a noté que la demande est particulièrement forte sur les marchés européens, mais le rythme de la reprise est «légèrement plus lent» sur les marchés intérieurs et transfrontaliers où les voyageurs réservent davantage «à la dernière minute» et où l’offre est plus grande.

La consigne de boucler sa ceinture demeure allumée pour le transporteur qui projette encore des turbulences durant les prochains trimestres. «Nous avons quelques trimestres mouvementés à venir», a dit le chef de la direction financière, Patrick Bui, ajoutant que la trésorerie cessera d’être écrite à l’encre rouge pour l’année 2024 au plus tard.

C’est pour cela que Transat A.T. a conclu une entente avec Ottawa en juillet pour avoir accès à des liquidités supplémentaires de 100 millions de dollars (M$) et qu’elle a reporté d’un an des échéances avec ses créanciers.

Il s’agit d’une époque «sans précédent» qui nécessite une «résilience supplémentaire», a expliqué M. Bui, admettant que «nous avons des scénarios de l’avenir qui pourraient nécessiter un recours à cette ligne de crédit».

Sa patronne est alors intervenue pour assurer que l’entreprise ne croit pas avoir à l’utiliser. «Nous voulons être prudents, a-t-elle dit. On ne sait jamais ce qui va se passer avec le COVID. Nous l’avions donc à nos côtés au cas où.»

Pertes au 3e trimestre

Transat A.T. a rapporté une perte d’exploitation de 93,2M$ pour le troisième trimestre de 2022, comparativement à une perte de 98,4M$ au trimestre correspondant de l’exercice financier 2021.

D’autre part, Transat affiche une perte nette ajustée de 120,9M$, ou 3,20$ par action diluée, pour le troisième trimestre de 2022, comparativement à 115,6M$, ou 3,06$ par action diluée, en 2021. La perte nette attribuable aux actionnaires s’est établie à 106,5M$, ou 2,82$ par action diluée, par rapport à 138,1M$, ou 3,66$ par action diluée, lors du trimestre correspondant de l’exercice précédent.

Pendant la même période, les revenus de la société ont augmenté de 495,8M$, mais le transporteur rappelle que le troisième trimestre de 2021 a été presque sans activité. Comparativement à 2019, soit avant l’éclatement de la crise de COVID-19, les revenus du trimestre ont diminué de 27%, soit de 190,6M$.

Transat A.T. explique que l’amélioration du résultat d’exploitation du troisième trimestre de 2022 a été freinée par une hausse importante des prix du carburant, de 112% comparativement à 2021. La perte d’exploitation ajustée s’est élevée à 57,8M$, comparativement à 50,9M$ en 2021, soit une détérioration de 6,9M$.

À propos de la prochaine saison hivernale, Air Transat rapporte que sa capacité est égale à celle déployée en 2019 et qu’à ce jour, les coefficients d’occupation sont similaires à ceux de 2019 alors que les prix sont à la hausse.

Le prix du carburant reste «un obstacle majeur», a soutenu dans une note l’analyste Cameron Doerksen de la Financière Banque Nationale.

M. Doerksen a toutefois noté que sa «principale préoccupation» est la capacité de la compagnie de chercher du financement. «La société a repoussé les principales échéances de la dette à avril 2024, mais ces prêts devront éventuellement être refinancés, et nous pensons que des fonds propres supplémentaires seront nécessaires», écrit-il.

En milieu de séance, l’action de Transat était au même point qu’à son ouverture, à 2,95$ à la Bourse de Toronto.

Sur le même sujet

Air Transat ferme une base à Vancouver

Plus de 200 postes d’agents de bord seront abolis.

Transat obtient un financement de 100M$ du fédéral

Transat s’est entendue avec ses créanciers pour reporter d’un an l’échéance de dettes d’un montant de 198M$.

À la une

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

Mis à jour il y a 19 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Du soulagement en Europe et un léger repli attendu à Wall Street

À surveiller : Microsoft, Uni-Sélect et Goodfood

Que faire avec les titres de Microsoft, Uni-Sélect et Goodfood?

Des difficultés opérationnelles plombent la rentabilité d'Héroux-Devtek

Il y a 7 minutes | La Presse Canadienne

La rentabilité est nettement inférieure aux prévisions des analystes.