Air Transat et Porter créent une coentreprise pour partager leur réseau

Publié le 28/11/2023 à 10:21, mis à jour le 28/11/2023 à 13:55

Air Transat et Porter créent une coentreprise pour partager leur réseau

Publié le 28/11/2023 à 10:21, mis à jour le 28/11/2023 à 13:55

Par La Presse Canadienne

«À plein potentiel», Transat anticipe qu'entre 15% et 18% de ses clients prendront une correspondance avec un vol de Porter. (Photo: 123RF)

Air Transat et Porter vont créer une coentreprise afin de partager leurs réseaux respectifs. Les deux transporteurs aériens estiment qu’ils seront en mesure d’offrir plus d’itinéraires à leur clientèle en regroupant leurs forces.

Les deux compagnies aériennes demeurent indépendantes et conserveront leur propre marque. Il ne faut pas voir cette annonce comme une étape vers une éventuelle fusion ou acquisition, répond la présidente et cheffe de la direction, Annick Guérard, en entrevue. «Ce n’est pas quelque chose dont nous discutons en ce moment.»

Transat avait accepté une offre d’achat d’Air Canada en 2019, avant la pandémie. La transaction avait toutefois avorté en 2021 après s’être heurtée au refus des autorités réglementaires européennes, à un moment où l’industrie aérienne était frappée de plein fouet par les restrictions sanitaires. 

La nouvelle coentreprise, qui entrera «progressivement» en œuvre en 2024, permettra aux deux transporteurs aériens d’accroître l’étendue de leur réseau. Transat dessert plus de 60 destinations et Porter plus de 30 destinations. Leur réseau combiné permettra d’en desservir plus de 80.

Porter et Transat avaient déjà conclu une entente de partage de code à la fin de l’année 2022. En créant une coentreprise, Transat et Porter pourront encore mieux coordonner leurs stratégies, leurs horaires, leurs prix et leurs efforts promotionnels.

«Nous allons être capables de mieux connecter nos horaires pour faciliter les escales pour les passagers, explique Annick Guérard. Ce n'est pas quelque chose que nous pouvions faire avec l'entente de partage de code. Le prix sera plus concurrentiel, aussi.»

Les deux entreprises prévoient également collaborer avec leur programme de fidélité. «À court terme, les membres du programme VIPorter vont être en mesure de réclamer leurs points sur un vol de Transat. De notre côté, Transat veut lancer son programme de fidélité au début de 2025.»

Les deux transporteurs ont souligné qu’ils avaient une expertise complémentaire: les vols intérieurs et transfrontaliers court et moyen courriers pour Porter, et les vols internationaux moyen et long courriers pour Air Transat. 

Transat estime que la précédente entente de partage de code a permis d’accroître l’achalandage de plus de 60 000 personnes en 2023. «À plein potentiel», Transat anticipe qu’entre 15% et 18% de ses clients prendront une correspondance avec un vol de Porter.

L’analyste Tim James, de Valeurs mobilières TD, voit l’entente d’un bon œil pour les investisseurs. «Nous croyons que la combinaison de ces deux enseignes complémentaires va contribuer aux résultats financiers de Transat, sans nécessiter d’investissements importants.»

Annick Guérard a précisé que l’entente de partage de revenu était basée sur le cadre établi par l’Association du transport aérien international (IATA). Chaque société sera compensée selon la portion du trajet dont elle est responsable.

 

Plus de concurrence

L’entente permettra d’augmenter la concurrence dans le marché canadien, juge le président-directeur général de Porter, Michael Deluce, au cours de la même entrevue.

Il donne l’exemple d’un passager de Winnipeg qui souhaite aller à Paris. Celui-ci pourra prendre un vol de Porter vers Toronto et ensuite un vol de Transat vers la capitale française. «Maintenant, ce voyageur a une autre option.»

L’analyste Cameron Doerksen, de Financière Banque Nationale, qualifie l’entente de «favorable à la concurrence». Il souligne qu’il y a peu de doublons entre les trajets offerts par les deux sociétés aériennes. «Nous n’anticipons pas de problèmes avec les autorités réglementaires.» 

À la une

Décès de Brian Mulroney, le «p'tit gars de Baie-Comeau»

Mis à jour à 19:34 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Sa fille Caroline en a fait l'annonce sur le réseau social X, jeudi en fin de journée.

La relance d'un journal: «On était cowboys, on n'avait peur de rien»

Édition du 21 Février 2024 | Sophie Chartier

SPÉCIAL 95 ANS. Au début des années 1980, «Les Affaires» devient en un an un incontournable du milieu des affaires.

Ce qu'en disent nos lecteurs...

Édition du 21 Février 2024 | Les Affaires

SPÉCIAL 95 ANS.  «Il y a eu une promotion en 1977 au cégep de Trois-Rivières et je le lis depuis bientôt 47 ans...»