ACE Aviation liquide ses actifs en douce

Publié le 25/04/2012 à 12:17, mis à jour le 25/04/2012 à 17:07

ACE Aviation liquide ses actifs en douce

Publié le 25/04/2012 à 12:17, mis à jour le 25/04/2012 à 17:07

Une centaine d'ex-employés d'Aveos, aujourd'hui au chômage, ont manifesté leur mécontentement lors de l'assemblée annuelle d'ACE. «Nous sommes les prisonniers d'Air Canada», lit-on sur le dos d'un manifestant. (Photo: Martin Jolicoeur)

Les actionnaires de Gestion ACE Aviation, la maison-mère d’Air Canada, ont approuvé la dissolution de du conglomérat ce matin, au cours d’une assemblée annuelle tenue à toute vitesse, à l’abri du regard des médias.

Les journalistes présents se sont vus refuser l’accès à cette assemblée, par les services de sécurité d’Air Canada et du Musée des Beaux-Arts de Montréal (MBAM), où se tenait cette réunion extraordinaire, d’ordinaire ouverte aux médias.

Une centaine d’ex-employés d’Aveos, anciennement à l’emploi d’Air Canada, se sont aussi butés aux portes closes de cette assemblée, à laquelle assistait l’ancien homme fort d’Air Canada, devenu chef de la direction de ACE Aviation, Robert Milton.

Frustrés de n'avoir pu même l'apercevoir, les syndiqués tenus à l'écart,  n'ont pas hésité à traiter M. Milton, aujourd'hui résidant de Londres, de «lâche» et de «peureux».

«M. Milton est un peureux. Il était bien bon en 2003 pour venir nous voir en disant qu'il avait besoin de nous, pour nous faire croire qu'il ne toucherait pas à nos acquis, a expliqué Jean Poirier, vice-président du local 1751 du l'Association internationale des machinistes et des travailleurs de l'aérospatiale, au nombre des manifestants faisant le pied de grue ce matin, rue Sherbrooke Ouest, devant le MBAM. Peu de temps après, il nous a imposé des concessions de 750M$ et un gel de salaire de 10 ans. C'est ça M. Milton.»

Distribution de 300M$ aux actionnaires

Au cours de l'assemblée, tenue à huis clos, les actionnaires d'ACE ont adopté une résolution spéciale prévoyant la «liquidation volontaire» du conglomérat (Gestion ACE Aviation) en vertu de l'article 211 de la Loi canadienne sur les sociétés par actions.

Gestion ACE  avait été fondée en 2004 dans le cadre de la restructuration d'Air Canada. Depuis, la plupart des anciens actifs d'Air Canada ont été vendus en pièces détachées, dont le programme de fidélisation Aéroplan, devenue Aimia, le transporteur régional Jazz Air aujourd'hui exploité par Chorus Aviation, et sa division d'entretien d'appareils, devenue Aveos fermée depuis un mois.

Des 2 600 employés mis à pied, 1 800 travaillaient à Montréal. Du nombre, «pas plus de 200» se seraient retrouvés un emploi, a estimé M. Poirier, le représentant syndical. Ils cognent partout, chez Pratt, chez Rolls Royce, chez Bombardier... Mais vous le savez comme moi, il n'y en a pas d'emplois.»

À la une

Bourse: Wall Street finit dans le vert après la modeste hausse des taux de la Fed

Mis à jour à 17:01 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en légère baisse.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

Mis à jour à 16:59 | Refinitiv

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

À surveiller : BRP, TVA et General Motors

Que faire avec les titres de BRP, Groupe TVA et General Motors?