TMX: Bertrand compare l'offre d'achat de Londres à une vente de Bombardier

Publié le 20/06/2011 à 13:46, mis à jour le 20/06/2011 à 18:38

TMX: Bertrand compare l'offre d'achat de Londres à une vente de Bombardier

Publié le 20/06/2011 à 13:46, mis à jour le 20/06/2011 à 18:38

Par La Presse Canadienne

[Photo : Gilles Delisle]

Les actionnaires du Groupe TMX refuseront de livrer sur un "plateau d'argent" l'exploitant boursier canadien à la société mère de la Bourse de Londres, a soutenu lundi le porte-parole du consortium Maple, Luc Bertrand.

L'ancien grand patron de la Bourse de Montréal, qui est aujourd'hui vice-président du conseil d'administration de la Banque Nationale, a même tracé un parallèle entre la transaction proposée par le London Stock Exchange Group (LSEG) et la vente de la multinationale québécoise Bombardier à des intérêts étrangers.

L'acquisition du Groupe TMX par le consortium Maple dans une transaction de 3,6 milliards $ _ ou 48 $ par action _ permettrait à des Canadiens de créer un "champion mondial", a plaidé M. Bertrand devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

Selon lui, la métropole québécoise a beaucoup à gagner avec l'offre de Maple, un groupe formé de la plupart des grandes institutions financières canadiennes, dont la Caisse de dépôt et placement du Québec, le Mouvement Desjardins, la Banque Nationale (TSX:NA) et le Fonds de solidarité FTQ.

La Bourse de Montréal, propriété de TMX depuis 2008, est spécialisée dans la négociation de produits dérivés comme les contrats à terme.

À la même tribune, la semaine dernière, les grands patrons de TMX et du LSEG, Thomas Kloet et Xavier Rolet, avaient présenté leur projet comme une occasion d'"internationaliser" les marchés financiers canadiens, voyant dans la proposition Maple un "retranchement".

Lundi, Luc Bertrand a avancé que MM. Kloet et Rolet auraient beaucoup de mal à convaincre l'Autorité des marchés financiers du Québec et la Commission des valeurs mobilières de l'Ontario de laisser tomber l'interdiction pour un actionnaire de détenir plus de 10 pour cent du Groupe TMX. Il a fait remarquer que la même règle s'appliquait aux banques canadiennes.

"Pourquoi devrions-nous abandonner un cadre réglementaire qui a si bien fonctionné pour nous et qui a littéralement fait du Canada l'envie du monde" pendant la crise financière de 2008? a-t-il lancé.

Les actionnaires ont jusqu'au 30 juin pour se prononcer sur le projet LSEG-TMX. Si la proposition ne recueille pas les deux tiers du poids des votes, elle sera rejetée.

Confiant

À la une

Le Canada dit non à la 5G de Huawei

19/05/2022 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Ottawa annonce qu’il bannira la technologie de télécommunications 5G de la chinoise Huawei au Canada.

Bourse: inquiète pour la croissance, Wall Street ne parvient pas à stopper sa baisse

Mis à jour le 19/05/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse, mais les grands indices américains reculent.

Titres en action: Canada Goose, Héroux-Devtek, Lightspeed

Mis à jour le 19/05/2022 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.