S&P confirme le "AAA" du Royaume-Uni

Publié le 03/10/2011 à 07:44, mis à jour le 03/10/2011 à 08:03

S&P confirme le "AAA" du Royaume-Uni

Publié le 03/10/2011 à 07:44, mis à jour le 03/10/2011 à 08:03

Par AFP

Photo : Bloomberg

L'agence d'évaluation financière Standard & Poor's a confirmé lundi la note "AAA" --la meilleure possible dans sa classification-- du Royaume-Uni, en dépit de la modestie de la croissance économique attendue dans le pays.

Cette note bénéficie d'une perspective d'évolution "stable", ce qui implique que S&P n'envisage pas de la dégrader à moyen terme. L'agence prévient toutefois qu'elle pourrait revoir sa position si la détermination du gouvernement de Londres à maîtriser la dette publique devait fléchir.

Bien que le pays soit sorti de la récession, la reprise de l'économie britannique reste terne et sa production a essentiellement stagné depuis le quatrième trimestre 2010, indique S&P dans son analyse.

De plus, les efforts du gouvernement britannique en vue de réduire son déficit budgétaire risquent de peser sur l'économie nationale, poursuit-elle.

Pour autant, estime S&P, le Royaume-Uni s'appuie sur une économie "riche et diversifiée", disposant d'une politique fiscale et monétaire "flexible", un marché du travail et un secteur productif capables de s'adapter à la conjoncture. Elle profite également de la présence de marchés financiers importants et d'une forte demande pour ses obligations du Trésor.

S&P table sur une croissance de l'économie britannique relativement modeste, de l'ordre de 1,8% en moyenne sur la période 2011-2014, mais en deça des prévisions de 2,5% de l'Office pour la responsabilité budgétaire (OBR).

À la une

Une start-up montréalaise s’envole grâce aux Émirats arabes unis

La start-up montréalaise C3RiOS Systems voit le jour grâce aux Émirats arabes unis.

Comment avoir une Ă©coute vraiment attentive?

MAUDITE JOB! «En tant que boss, je devrais être à l'écoute des autres. Mais je n'y arrive vraiment pas...»

Les compagnies aériennes américaines entrevoient l'éclaircie, mais après Omicron

Les compagnies ont fait face à quelques journées très compliquées en fin d’année dernière.