Pétrole : 5 titres offrant un bon potentiel

Publié le 22/09/2009 à 17:26

Pétrole : 5 titres offrant un bon potentiel

Publié le 22/09/2009 à 17:26

Par Marie-Claude Morin

Ne cherchez pas les titres de pétrolières à rabais, mais plutôt des entreprises au bilan sain, aux réserves importantes et aux activités concentrées dans le pétrole plutôt que dans le gaz naturel, conseillent les experts.

Le prix du pétrole profite de la vigueur de la demande et a rebondi récemment; le gaz naturel, plombé par des découvertes et des stocks importants, vivote autour de 3 $ US le million de BTU (Mbtu). Même la perspective - probable - d'une remontée du gaz entre 4 et 6 $ US en 2010 laisse les experts de glace. " Les marchés escomptent actuellement le pétrole à environ 65 $ US le baril et le gaz, entre 5 et 5,50 $ US ", dit Daniel Lavoie, analyste chez Montrusco Bolton.

Les portefeuillistes privilégient les titres canadiens, sans risque de change. " Quand on mise sur le pétrole, on s'attend à une remontée du huard ", fait valoir Patrick Proulx, portefeuilliste chez Globevest Capital. Voici cinq titres canadiens appelés à procurer un bon rendement, selon les experts.

Suncor Énergie

Grâce à la prépondérance du pétrole dans ses activités et à l'achat de Petro-Canada, Suncor est le titre préféré de presque tous les gestionnaires interrogés." Suncor et Petro-Canada se complètent bien : certains projets de Petro-Canada génèrent des liquidités considérables, que Suncor utilisera pour ses propres projets, souvent plus coûteux ", explique Stéphane Gagnon, du Fonds des professionnels. La vente des actifs internationaux de Petro-Canada et de certains actifs excédentaires dans le gaz naturel dégagera également des fonds, dit Charles Jenkins, de Standard Life.

Canadian Natural Resources

Canadian Natural Resources (CNQ) obtient aussi la faveur de plusieurs experts, qui apprécient ses propriétés, dont Horizon, et ses liquidités autogénérées. " Le titre reflète déjà la hausse de la production de CNQ, mais il bénéficiera du prix du pétrole lourd. Historiquement, ce produit était 30 à 35 % moins cher que le brut léger, mais l'écart rétrécit à 20 % ", dit Charles Jenkins.

EnCana

Le marché a bien accueilli la décision d'EnCana de scinder ses activités de gaz et de pétrole. " Ça facilitera l'évaluation ", analyse Bob Gorman, de TD Newcrest. De son côté, Patrick Proulx recommande le titre pour miser sur le gaz naturel. Daniel Lavoie préfère l'éviter : " EnCana se concentre trop dans le gaz, son évaluation est trop élevée et elle risque de devoir réduire sa production pour compléter les investissements prévus dans des coentreprises. "

Talisman

M. Lavoie préfère Talisman, car ses activités sont réparties à parts égales entre le pétrole et le gaz, son bilan est solide et elle a la capacité de réaliser des acquisitions. Le marché devrait de plus revoir à la hausse le ratio d'évaluation de Talisman pour reconnaître la pertinence de sa stratégie d'affaires axée sur l'exploitation non classique. " Les activités à l'étranger représentent un risque politique dont il faut tenir compte dans l'évaluation ", prévient Patrick Proulx, qui aime néanmoins le titre.

Canadian Oil Sands

Marc Dalpé, associé à Valeurs mobilières Desjardins, fait bande à part et recommande Canadian Oil Sands. Ses réserves considérables et ses coûts de production plus bas que ceux des autres exploitants de sables bitumineux lui permettront de profiter pleinement de la remontée du prix du pétrole.

À la une

Le Canada est encore loin d'avoir une vraie stratégie industrielle

22/01/2022 | François Normand

ANALYSE. Un an après le dépôt d’un important rapport à ce sujet, Monique Leroux explique ce qu’il manque pour y arriver.

Un ruban intelligent pour traiter des enfants à l’urgence

21/01/2022 | Emmanuel Martinez

Une start-up montréalaise a conçu un dispositif qui permet de mieux déterminer la dose de médicaments pour les enfants.

Bourse: Wall Street termine en forte baisse, la Fed et Netflix font tomber les indices

Mis à jour le 21/01/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto termine en baisse de plus de 400 points.