Le Canada devrait réduire de 62% son usage des combustibles fossiles d'ici 2050

Publié le 09/12/2021 à 13:29

Le Canada devrait réduire de 62% son usage des combustibles fossiles d'ici 2050

Publié le 09/12/2021 à 13:29

Par La Presse Canadienne

La croissance de la production canadienne de pétrole brut devrait culminer à 5,8 millions de barils par jour en 2032. (Photo: La Presse Canadienne)

Calgary — Le Canada est en voie de réduire significativement son utilisation de combustibles fossiles d’ici 2050, selon de nouvelles prévisions.

La Régie de l’énergie du Canada prévoit que la consommation de combustibles fossiles diminuera de 62% au cours des 30 prochaines années.

Les prévisions suggèrent que les Canadiens utiliseront beaucoup moins d’essence et de diesel dans les années à venir, ce qui entraînera une baisse de 43 % de l’utilisation de produits pétroliers raffinés d’ici 2050.

La consommation d’électricité pourrait augmenter de 45% à mesure que les Canadiens passeront aux véhicules électriques. Le rapport prévoit en outre que l’énergie éolienne et solaire à faible coût sera utilisée pour répondre à la hausse de la demande.

La croissance de la production canadienne de pétrole brut devrait culminer à 5,8 millions de barils par jour en 2032, puis diminuer lentement pour atteindre 4,8 millions de barils par jour en 2050.

Les prévisions reposent sur l’hypothèse que la cadence actuelle des efforts accrus pour réduire les émissions de gaz à effet de serre au Canada et dans le monde se poursuivra.

 

Sur le même sujet

À la une

À la une: les 300 plus grandes entreprises

Édition du 25 Mai 2022 | Les Affaires

Découvrez notre classement et les meilleures stratégies de recrutement.

Prospérer malgré l'adversité

Édition du 25 Mai 2022 | Marine Thomas

BILLET. Les grandes entreprises font face à des défis sans précédent et elles s’en tirent brillamment!

Recrutement: les grandes entreprises ont su tirer leur épingle du jeu malgré la pandémie

Édition du 25 Mai 2022 | Catherine Charron

SPÉCIAL GRANDES ENTREPRISES. La gestion des ressources humaines a connu une période d’ébullition incroyable.