Le Grand Montréal sur les rangs


Édition du 25 Novembre 2017

Le Grand Montréal sur les rangs


Édition du 25 Novembre 2017

Claude Haineault, maire sortant de Beauharnois

Les centres de distribution contribuent au développement et à la diversification économique de la périphérie de Montréal. En versant des taxes et en créant des emplois, ils sont des investissements prisés par les villes, qui organisent leurs zones industrielles en conséquence.

Claude Haineault est un maire sortant heureux : la venue prochaine du centre de distribution d'Ikea est une bonne nouvelle pour cette ville de la Rive-Sud d'environ 13 000 habitants, sinistrée à la suite du départ de plusieurs entreprises manufacturières il y a plusieurs années. La construction du centre de distribution, qui sera d'une superficie d'un million de pieds carrés, est en cours. L'ouverture est prévue à la fin 2019.

«Ce qui intéresse la Ville dans cet investissement, c'est la renommée internationale d'Ikea, qui fera connaître Beauharnois à l'échelle internationale, mais c'est aussi l'empreinte au sol du projet. Plus de 50 % du terrain acheté sera occupé par un bâtiment, qui fera 1 km de long et comptera huit étages ! Cette valeur est énorme. Le centre de distribution d'Ikea versera des taxes municipales, mais créera aussi de 200 à 300 emplois», indique M. Haineault. Il évoque un investissement de la part d'Ikea de 200 millions de dollars, achat du terrain compris (15,4 M $). Il estime que les retombées fiscales atteindront de 1,5 M $ à 3 M $ par année. Le montant des taxes dépend de l'évaluation municipale, qui est plus élevée pour un bâtiment que pour un terrain vide.

Pourtant, Beauharnois ne veut pas devenir un spécialiste des centres de distribution. «On ne mise pas seulement là-dessus. On a déjà vécu la spécialisation industrielle, explique le maire. On a perdu 2 000 emplois sur une population de 8 000. C'était phénoménal. On ne refera pas les mêmes choix en se spécialisant dans un seul créneau. On vise la diversité.»

L'enjeu majeur : la disponibilité des terrains

Beauharnois possède un atout majeur dans la course aux terrains : elle dispose encore de superficies libres. Elle a acheté 15 millions de pieds carrés de terrains inoccupés à Hydro-Québec pour créer une grande zone industrielle près de l'autoroute 30. Elle y a investi 30 M $ pour créer des rues, apporter le gaz, l'eau et l'électricité. Il reste encore cinq millions de pieds carrés qui peuvent être mis à profit. «Les terrains sont prêts pour que les entreprises s'y installent rapidement. C'est plus facile de les vendre quand ils sont aménagés», poursuit M. Haineault. Grâce à un accès direct à l'A30, «on ne craint pas l'augmentation de la circulation dans la ville puisque les camions n'ont pas besoin de passer par le centre pour atteindre l'autoroute», ajoute le maire.

À Terrebonne aussi, sur la Rive-Nord, des terrains sont encore accessibles pour le développement commercial et industriel. «Il nous reste encore de 20 à 25 ans de développement avant d'arriver au bout», affirme Stéphane Berthe, maire sortant de Terrebonne, qui est à mettre en place un huitième parc industriel, dans le secteur est de la ville, à la jonction de l'A40 et l'A640.

La ville accueille déjà deux centres de distribution, et pas les moindres : il s'agit de ceux de Sobeys et de Rona. Les Entrepôts A.B. se sont aussi installés à Terrebonne, en février dernier, dans une bâtisse de 100 000 pi2, ce qui a notamment permis au grossiste en matériel de carrosserie d'augmenter sa capacité d'entreposage.

Des inconvénients aussi

Même si, comme Beauharnois, Terrebonne ne souhaite pas se spécialiser dans l'accueil de centres de distribution, la Ville est ouverte aux occasions. D'ailleurs, «des pourparlers sont en cours avec des acteurs mondiaux, qui cherchent une localisation pour leur nouveau centre de distribution», indique Stéphane Berthe. L'intérêt de la Ville : «Créer de l'activité pour que les habitants trouvent un emploi de qualité ici et ne soient pas obligés de faire des heures de route pour aller travailler ailleurs», explique le maire.

Cependant, toutes les villes de la périphérie ne sont pas prêtes à accueillir des centres de distribution. «Certaines craignent qu'à cause du camionnage, l'état des routes se détériore et la congestion routière s'accentue, observe Milad Jabbour. De plus, comme ces centres sont de plus en plus automatisés, ils ne créent pas autant d'emplois qu'avant.»

Malgré tout, beaucoup restent attirés par la valorisation foncière que leur offrent ces centres construits qui prennent de plus en plus d'importance.

À la une

Bourse: Toronto clôture en hausse de près de 200 points

Mis à jour il y a 2 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les Bourses cherchent un second souffle après l'accélération de la semaine dernière.

À surveiller: Uni-Sélect, Neighbourly Pharmacy et AGF

09:48 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Uni-Sélect, Neighbourly Pharmacy et AGF? Voici quelques recommandations d’analystes.

Ukraine: la situation sur le terrain au 124e jour

Mis à jour il y a 35 minutes | AFP

L’armée russe tentait lundi de pousser son avantage dans l'est de l'Ukraine.