La croissance mondiale au ralenti jusqu'en... 2060

Publié le 03/07/2014 à 16:32

La croissance mondiale au ralenti jusqu'en... 2060

Publié le 03/07/2014 à 16:32

Photo: Shutterstock

La croissance économique mondiale ralentira au moins jusqu’en… 2060. D’ici cette date, les changements climatiques devraient amputer 1,5% du PIB mondial. Et les inégalités de revenu vont continuer de se creuser au cours des prochaines décennies.

Baisse de l’émigration et donc réduction de la main-d’œuvre, vieillissement de la population et changements climatiques, voilà le triste portrait que trace une nouvelle étude de l’OCDE publiée jeudi : Un nouveau virage à prendre : les grands enjeux des 50 prochaines années.

Le vieillissement des populations dans de nombreux pays de l’OCDE et le ralentissement progressif des taux de croissance actuellement élevés dans les grands pays émergents feront passer le taux de progression annuelle du PIB mondial de 3,6% sur la période 2010-2020 à un taux estimé à 2,4% en 2050-2060.

Le rapport estime notamment qu’à moins que les émissions de CO2 ne diminuent, le changement climatique pourrait entraîner une baisse de la croissance du PIB mondial de 1,5% d’ici 2060 et de presque 6% en Asie du Sud et du Sud-Est.

Sans changement de politique, les pays de l’OCDE (NDLR : pays les plus industrialisés) pourraient être confrontés d’ici 2060 à une nouvelle augmentation des inégalités de revenu, qui les amènerait à un niveau proche de celui des États-Unis actuellement. La montée des inégalités compromet la croissance, notamment en bloquant les opportunités économiques.

D’autre part, la diminution des écarts de revenu entre pays avancés (NDLR : grosso modo les pays membres de l’OCDE, dont le Canada) et émergents va entraîner une baisse du nombre de candidats à l’émigration économique dans les pays avancés. Au recul de l’immigration vont s’ajouter des tensions démographiques causées par le vieillissement. Cette double pression pourrait entraîner une réduction de la main-d’œuvre de 20% aux États-Unis et de 15% dans la zone Euro d’ici 2060 par rapport aux niveaux actuels.

Des politiques de redistribution efficace

En outre, la part des échanges avec et entre les pays émergents va considérablement augmenter. Le rattrapage technologique et l’amélioration des compétences aideront les pays émergents à développer des secteurs manufacturiers et des activités de services à forte valeur ajoutée.

Face au creusement des inégalités, il faudra mettre en place des politiques de redistribution efficaces, croit l’OCDE, mettre résolument l’accent sur l’égalité des chances et revoir les mécanismes de financement des services publics ainsi que les structures fiscales.

Le rapport souligne que l’interdépendance économique croissante nécessitera une coopération internationale dans des domaines tels que la recherche fondamentale, les droits de propriété intellectuelle, la politique de la concurrence et l’atténuation du changement climatique.

La coopération sera également cruciale dans le domaine de la fiscalité, notamment pour lutter contre l’évasion fiscale des entreprises.

«Nous sommes confrontés à un paradoxe de la mondialisation: les pays vont être plus intégrés que jamais, mais il pourrait devenir de plus en plus difficile d’organiser la coopération internationale requise dans un système plus complexe», craint l’OCDE.

 

 

À la une

N'attendez pas l'entrevue de départ, faites en une de rétention

RHÉVEIL-MATIN. Cette pratique gagne des adeptes en pleine pénurie de main-d'oeuvre.

Le CELI de Guillaume Roy-Gagné: commencer tôt, préserver la cagnotte

Édition du 19 Janvier 2022 | Jean Décary

C’est à la coquette somme de 19 000$ que s’élève la valeur du CELI de ce jeune homme originaire de Saint-Hyacinthe.

5G de Huawei: Ottawa annoncera sa décision «prochainement»

Il y a 33 minutes | François Normand

Le ministre François-Philippe Champagne dit que la décision s’appuiera sur des impératifs liés à la sécurité nationale.