Yanick Gervais devient PDG d'Olymel

Publié le 11/11/2021 à 14:08

Yanick Gervais devient PDG d'Olymel

Publié le 11/11/2021 à 14:08

Par La Presse Canadienne

Yanick Gervais a fait son entrée chez Olymel en 2016 à la suite de l’acquisition de La Fernandière. (Photo: La Presse Canadienne)

Yanick Gervais, qui avait pris les commandes d’Olymel le 7 octobre dernier lorsque son président-directeur général Réjean Nadeau était devenu incapable d’assumer ses fonctions en raison de son état de santé, a été officiellement nommé au poste de PDG de l’entreprise agroalimentaire, jeudi.

M. Nadeau est décédé des suites d’un cancer le 14 octobre.

Avant d’assumer ces fonctions, M. Gervais était vice-président principal, Opérations, chez Olymel et avait pour responsabilité la gestion de plus d’une trentaine d’usines de transformation de porc et de volaille situées pour la majorité au Québec, mais également en Ontario, en Alberta et au Nouveau-Brunswick, en plus de superviser les services de logistique et d’ingénierie de l’entreprise.

Ghislain Gervais, président des conseils d’administration d’Olymel et de Sollio Groupe Coopératif, principal actionnaire d’Olymel, en a fait l’annonce par voie de communiqué jeudi. Celui-ci rappelle que Yanick Gervais a fait son entrée chez Olymel en 2016 à la suite de l’acquisition de La Fernandière, une entreprise de Trois-Rivières spécialisée dans la fabrication de saucisses dont il était copropriétaire et directeur général depuis 2005.

Ghislain Gervais souligne «ses qualités organisationnelles, sa connaissance des enjeux opérationnels autant que des marchés domestique et étrangers, sa compréhension des besoins des clients, son esprit d’équipe et sa vision stratégique du développement de l’entreprise».

Pour sa part, Yanick Gervais s’engage à «préserver l’héritage de ce qui a été bâti à partir du Québec au cours des trente dernières années». Il promet d’être «à l’écoute de nos 14 000 employés (…) à maintenir des échanges constructifs avec nos fournisseurs et partenaires tant dans le secteur du porc que dans celui de la volaille, tout en poursuivant des relations d’affaires que je souhaite mutuellement fructueuses avec nos clients».

Âgé de 42 ans, marié et père de trois filles, Yanick Gervais est originaire de Trois-Rivières. Comptable et fiscaliste de formation, il détient un diplôme d’études supérieures et un baccalauréat en sciences comptables de l’Université du Québec à Trois-Rivières, ainsi qu’une maîtrise en fiscalité de l’Université de Sherbrooke.

Olymel est un joueur d’importance dans le secteur de la production, de la transformation et de la distribution des viandes de porc et de volaille ayant des établissements au Québec, en Ontario, en Alberta, en Saskatchewan et au Nouveau-Brunswick. Son chiffre d’affaires annuel est de l’ordre de 4,5 milliards $.

 

Sur le même sujet

Québec imposera une «contribution santé» pour les adultes non vaccinés

11/01/2022 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Luc Boileau succède sur une base intérimaire à Horacio Arruda comme directeur national de santé publique du Québec.

Fiera Capital se dote d'un nouveau président

05/01/2022 | Charles Poulin

Jean-Philippe Lemay succède au fondateur de la société de gestion de placement indépendante, Jean-Guy Desjardins.

OPINION Le plan de match de Christyne Tremblay: moderniser l’expérience Revenu Québec
Édition du 15 Décembre 2021 | Catherine Charron
Nouvelles recrues: Renaud Beaudry
Édition du 15 Décembre 2021 | Les Affaires
Nouvelles recrues: Catherine Morneau
Édition du 15 Décembre 2021 | Les Affaires

À la une

Entreprises et consommateurs prévoient une forte inflation, selon la banque centrale

L’inflation est le problème économique le plus important pour les consommateurs.

Des lignes aériennes demandent de mettre fin aux tests de dépistage à l'arrivée

Il y a 7 minutes | La Presse Canadienne

Air Canada, WestJet et l’aéroport Pearson demandent un transfert de la capacité de test des aéroports vers la communauté

La capacité hospitalière «inadéquate» du Québec pourrait nuire à la croissance

La Nationale craint que le système de santé du Québec mine l’économie quand la COVID-19 sera sous forme endémique.