Rapport sur la construction: personne ne rue dans les brancards

Publié le 12/09/2011 à 14:38, mis à jour le 12/09/2011 à 18:15

Rapport sur la construction: personne ne rue dans les brancards

Publié le 12/09/2011 à 14:38, mis à jour le 12/09/2011 à 18:15

Par La Presse Canadienne

Ni les syndicats ni les organisations patronales de la construction n'ont rué dans les brancards, lundi, après avoir pris connaissance du rapport du groupe de travail sur le fonctionnement de l'industrie de la construction.

Du côté syndical, la FTQ-Construction trouve exagérée l'importance donnée dans le rapport au phénomène du placement et de la référence de main-d'oeuvre par les syndicats.

Son directeur général, Yves Ouellet, affirme que les grandes organisations syndicales sont responsables de seulement 15 pour cent du placement de la main-d'oeuvre sur les chantiers, et que cela est le lot, surtout, des grands chantiers de construction industriels ou commerciaux, par exemple. "La majorité des employeurs embauchent eux-mêmes leur monde", a-t-il corrigé.

"Et il ne faut pas oublier que ce sont eux (les employeurs) qui nous appellent" pour obtenir de la main-d'oeuvre qualifiée, a-t-il souligné en entrevue.

M. Ouellet en conclut que les mesures suggérées par le groupe de travail, "c'est comme prendre une masse pour tuer un maringouin".

La FTQ-Construction, souvent ciblée avec le Conseil provincial du Québec des métiers de la construction (international), parce que ce sont les deux plus grosses organisations syndicales, et qui font du placement syndical sur les chantiers, demande néanmoins plus de temps pour lire le rapport. "On n'ira pas déchirer notre chemise sur la place publique ce soir", a commenté M. Ouellet.

La CSN, l'organisation syndicale qui s'est souvent dite victime du placement syndical sur les chantiers par ses rivales, affirme que prétendre que seulement 15 pour cent du placement est l'oeuvre des grands syndicats est faux. "C'est une vue de l'esprit", a opiné son président, Louis Roy, en entrevue.

M. Roy rapporte que "les travailleurs ont l'impression que pour pouvoir travailler, ils doivent être membres du syndicat qui fait le placement". À ses yeux, donc, le rapport du groupe de travail pourra améliorer les choses sur ce plan, parce que le pouvoir de référer de la main-d'oeuvre qu'ont les syndicats sera encadré.

M. Roy fait aussi le pari que l'éventuel système de référence que devra mettre sur pied la Commission de la construction du Québec sera neutre et permettra "une atmosphère agréable et libre".

Entrepreneurs

Du côté patronal, l'Association des entrepreneurs en construction se montre satisfaite, elle qui dénonçait depuis des années le placement syndical. "Ça va permettre de récupérer des droits de gérance qui s'étaient effrités au cours des années", a commenté son directeur général, Pierre Dion, qui croit que l'embauche et la mise à pied seront ainsi facilitées.

L'Association des constructeurs de routes et de grands travaux (ACRGTQ), un des secteurs qui vit le placement et la référence syndicale dans le secteur du génie civil, "accueille favorablement la majorité des recommandations".

"L'ACRGTQ reçoit avec satisfaction le fait que les entrepreneurs pourront retrouver leur droit de gérance", écrit-elle dans un communiqué. Elle espère que le rapport et le projet de loi qui s'ensuivra "contribueront à améliorer l'image" de l'industrie, à restaurer la confiance du public et à "optimiser le fonctionnement de l'industrie de la construction".

L'Association provinciale des constructeurs d'habitation du Québec (APCHQ) _ qui est peu ou pas touchée par le placement syndical, puisqu'elle fait dans la construction résidentielle _ a aussi bien accueilli le rapport.

L'APCHQ se réjouit notamment des mesures qui prévoient un mécanisme de révision périodique de la juridiction des métiers et la reconnaissance des tâches connexes. Il s'agit là d'une demande de longue date de l'APCHQ, qui trouve trop restrictif le cloisonnement des métiers dans le secteur résidentiel. Elle veut plus de polyvalence de la part des ouvriers, et voit dans les mesures annoncées une porte ouverte.

À la une

Bourse: Wall Street termine la semaine en forme, meilleure semaine depuis juin

Mis à jour il y a 28 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse avec le cours du pétrole brut.

À surveiller: Nuvei, Target et Air Canada

Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement.

Le bitcoin s'envole, le régulateur américain envisage d'ouvrir un peu plus le marché

12:09 | AFP

Le gendarme boursier américain envisage d'autoriser des fonds indiciels (ETF) liés à la cryptomonnaie.