Québec reporte la consigne élargie pour les bouteilles

Publié le 26/01/2022 à 13:34

Québec reporte la consigne élargie pour les bouteilles

Publié le 26/01/2022 à 13:34

Par La Presse Canadienne

Les montants sont fixés à 10 cents pour la plupart des contenants et à 25 cents pour les bouteilles en verre de 500 millilitres ou plus. (Photo: 123RF)

Montréal — Le gouvernement du Québec reporte de six mois la mise en place de la consigne élargie, et confirme également sa décision de rendre les producteurs de certains contenants et emballages responsables de la gestion de ces produits en fin de vie.

C’est ce qu’a annoncé le ministre de l’Environnement, Benoit Charrette, mercredi matin lors d’une conférence de presse où il a également dévoilé de nouveaux règlements sur cette réforme qui élargira la consigne aux contenants de boissons de 100 millilitres à 2 litres.

Les boîtes de jus, les bouteilles d’eau, de vin, et autres contenants de boisson prête à boire, qu’ils soient en plastique, en verre ou en métal, sont visés par «cette ambitieuse réforme qui permettra au Québec de devenir un leader mondial dans ce domaine», selon le ministre Charrette.

La mise en œuvre de la consigne élargie devait avoir lieu à partir de la fin 2022, mais les problèmes de main-d’œuvre causés par la pandémie incitent Québec à donner six mois de plus aux détaillants et aux différents organismes impliqués dans le nouveau système.

Les deux nouveaux règlements publiés mercredi visent à responsabiliser les producteurs et les entreprises qui mettent ces produits sur le marché afin qu’ils soient responsables de leur gestion en fin de vie.

Plus précisément, Québec veut «obliger certaines personnes à élaborer, à mettre en œuvre et à soutenir financièrement un système de consigne de certains contenants dans le but de les récupérer et de les valoriser», peut-on lire dans le nouveau règlement publié mercredi dans la Gazette officielle du Québec.

Les détaillants qui vendent ce type de produits devront donc reprendre les contenants consignés qui leur sont rapportés et rembourser le montant de la consigne aux clients.

Les montants sont fixés à 10 cents pour la plupart des contenants et à 25 cents pour les bouteilles en verre de 500 millilitres ou plus.

Le consommateur devra payer plus cher pour le produit, mais il sera intégralement remboursé lorsqu’il le rapportera.

«La consigne élargie nécessitera le développement d’un important réseau de retour qui devra comprendre 1500 points de services», a précisé le ministre de l’Environnement.

Ce réseau devra desservir «au moins 90% de la population dès son implantation» au début de 2023, a indiqué le ministre Charette.

Selon les estimations du ministère de l’Environnement, «la modernisation du système de consigne permettra d’éviter l’enfouissement de 50 500 tonnes de matières et, par conséquent, des émissions de GES d’environ 26 500 tonnes d’équivalent CO2».

 

Contraindre les producteurs pour diminuer les déchets

Un jour après la publication d’un rapport du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) qui indique qu’il est improbable que le gouvernement atteigne son objectif de diminuer à 525 kilogrammes les déchets par habitant avant 2023, le ministre Charrette a également présenté un nouveau règlement qui serre la vise aux producteurs de certains types de contenants, d’emballages et d’imprimés.

Ce règlement, à l’image de celui sur la consigne élargie, oblige les producteurs « à mettre en œuvre et à soutenir financièrement un système de collecte sélective de certaines matières résiduelles ».

L’objectif est de forcer les producteurs à mettre sur le marché des emballages et des contenants plus faciles à trier et moins polluants, et ainsi réduire les matières envoyées à l’enfouissement.

Cet outil politique utilisé dans plusieurs pays est connu sous le nom de «responsabilité élargie du producteur» (REP).

Selon le règlement, à compter de 2027, un producteur d’emballages de carton devra atteindre un taux de récupération de 85 %.

Pour les Imprimés et contenants faits d’emballages en fibres, les contenants de plastiques de type PET et PEhd, le taux de récupération sera fixé à 80%.

«Ce sera une manière de plus de réduire le gaspillage des ressources, de favoriser l’économie circulaire et de réduire les émissions de gaz à effet de serre», a indiqué le ministre de l’Environnement.

Benoit Charrette a ajouté qu’avec le dépôt de ces deux nouveaux règlements, «la modernisation de la consigne et de la collecte sélective ira de l’avant, c’est maintenant définitif et irréversible».

 

Sur le même sujet

Captation de carbone: la nature fait parfois bien les choses

La régénération naturelle sur les terres agricoles permet de capter autant de carbone que celles reboisées.

Le G7 lance un «club climat», nouvelle instance contre le réchauffement

28/06/2022 | AFP

Le de cette initiative est de renforcer et élargir la coopération dans la lutte contre le réchauffement climatique.

À la une

Bourse: Toronto clôture en baisse de près de 200 points

Mis à jour il y a 34 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street finit en ordre dispersé, la baisse des taux profite au secteur technologique.

À surveiller: Boralex, Air Canada et Canopy Growth

09:15 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Boralex, Air Canada et Canopy Growth ? Voici quelques recommandations d’analystes.

Les sociétés technologiques affichent moins de postes

Il y a 6 minutes | La Presse Canadienne

Les start-up ont commencé à gérer leurs finances de manière plus serrée en raison de la débâcle du secteur à la Bourse.