Pipeline: Ottawa craignait de nouveaux blocus comme ceux de 2020 l'automne dernier

Publié le 21/04/2022 à 10:54

Pipeline: Ottawa craignait de nouveaux blocus comme ceux de 2020 l'automne dernier

Publié le 21/04/2022 à 10:54

Par La Presse Canadienne

Les opposants au pipeline ont mis en place des barrages pour empêcher les travailleurs de passer et ont été confrontés à des injonctions policières et judiciaires accordées au propriétaire du pipeline, TC Energy. (Photo: La Presse Canadienne)

Des responsables fédéraux craignaient une répétition des blocus ferroviaires de 2020 un mois avant que la GRC n’applique une injonction, l’automne dernier, contre les manifestations qui ont coupé l’accès à un chantier de construction de pipeline dans le nord de la Colombie-Britannique.

On craignait également que des participants à d’autres manifestations sur les droits fonciers autochtones se soient rendus sur le site, y compris des «guerriers mohawks».

Les détails de la montée des tensions autour de la construction du gazoduc de 670 kilomètres Coastal GasLink sont contenus dans des notes d’information préparées pour les fonctionnaires fédéraux avant une rencontre avec la commissaire de la GRC, Brenda Lucki.

Les documents ont été communiqués à La Presse Canadienne en vertu de la législation fédérale sur l’accès à l’information.

Ils expliquent comment Mme Lucki a demandé la réunion du 19 octobre avec de hauts fonctionnaires de Services aux Autochtones Canada et du ministère des Relations Couronne-Autochtones pour discuter de la «récente escalade» des protestations contre le gazoduc en construction dans le territoire Wet’suwet’en.

Les chefs héréditaires Wet’suwet’en se sont opposés au pipeline pendant des années, tandis que 20 conseils de bande des Premières Nations le long du tracé du pipeline ont approuvé le projet.

Les opposants au pipeline ont mis en place des barrages pour empêcher les travailleurs de passer et ont été confrontés à des injonctions policières et judiciaires accordées au propriétaire du pipeline, TC Energy.

Les notes d’information montrent que les responsables fédéraux surveillaient attentivement la situation en octobre dernier après avoir noté que l’activité reprenait.

«Des manifestations à petite échelle ont eu lieu ces derniers jours dans diverses régions du pays pour soutenir les chefs héréditaires. Il existe un risque que les activités de protestation se propagent et éventuellement s’intensifient à des niveaux observés au début de 2020», ont écrit des responsables.

En février 2020 — des semaines avant que l’arrivée de la pandémie de COVID-19 n’oblige le pays à imposer son premier confinement — les manifestants ont commencé à bloquer les rails et d’autres voies de transport majeures pour soutenir les personnes arrêtées par la GRC dans le nord de la Colombie-Britannique, alors que les agents appliquaient l’injonction du tribunal interdisant aux personnes de bloquer l’accès aux chantiers de construction de Coastal GasLink.

L’un des blocages les plus préoccupants pour les gouvernements et l’industrie a eu lieu sur le territoire mohawk de Tyendinaga, le long d’un tronçon de la ligne ferroviaire du Canadien National entre Montréal et Toronto. La police a finalement dégagé le site fin février après que la circulation ferroviaire a été interrompue pendant plusieurs semaines.

En octobre dernier, un document intitulé «Rapport de situation de la Gendarmerie royale du Canada», fourni avant la rencontre avec Mme Lucki, a identifié la présence d’une personne associée au blocus de Tyendinaga se rendant dans le nord de la Colombie-Britannique, ainsi que quatre autres de l’Ontario et des citoyens américains.

«L’un d’eux a participé à la manifestation des Six Nations en Ontario connue sous le nom de “1492 Landback Lane”», indique le rapport. Il y avait aussi «des références à une “guerre” contre la police».

«Avec la dernière mise à jour et l’implication présumée de membres de la nation mohawk de l’Ontario, il y a très probablement un risque de violence et d’actions de sympathie perturbatrices à travers le Canada similaire ou supérieures à celles observées au début de 2020.»

Environ un mois après la réunion du 19 octobre, la GRC a levé une autre série de blocages mis en place par des membres du clan Gidimt’en, l’un des cinq de la nation Wet’suwet’en. Un photojournaliste et un réalisateur de documentaires figuraient parmi les personnes arrêtées sur le site.

En février, la GRC a répondu à des informations faisant état d’équipement endommagé et d’une attaque contre des agents de sécurité sur un chantier de construction du pipeline. Avant d’y arriver, la GRC a déclaré que des policiers avaient été arrêtés sur la route par un incendie alors qu’un groupe de personnes leur aurait lancé des bâtons enflammés.

Depuis lors, la GRC a intensifié sa présence dans un camp sur la route menant au site de construction du pipeline, avec des agents qui se sont rendus entre quatre et huit fois par jour au cours des six dernières semaines, a déclaré Sleydo», porte-parole du groupe organisateur du blocus.

«Leur objectif principal est d’essayer de nous retirer du territoire, de le rendre si inhabitable et insupportable que nous ne serons plus sur le territoire. Et ce n’est tout simplement pas quelque chose qui va arriver», a déclaré Sleydo», qui utilise aussi le nom Molly Wickham.

«Nous allons continuer à occuper notre territoire et à faire respecter nos lois.»

Au sujet de l’utilisation du terme «guerre» mentionné dans les documents d’information fédéraux, Sleydo’ a déclaré que c’était «absolument adapté à ce que nous avons vécu».

«Il y a des hélicoptères qui survolent, il y a des équipes tactiques, il y a des unités canines… c’est la guerre. Et la façon dont la colonisation s’est produite dans nos territoires (…) et l’utilisation de la GRC par le gouvernement a été la guerre.»

La GRC a déclaré mercredi qu’elle avait maintenu une présence le long de la route depuis 2019 et augmenté les patrouilles autour de l’industrie et des «autres camps» après la confrontation en février.

«Nous voulons nous assurer qu’aucune infraction au Code criminel (entrave, méfait, etc.) n’est commise et que les personnes soumises à des conditions imposées par le tribunal n’enfreignent pas ces conditions», a dit la caporale Madonna Saunderson dans une déclaration.

«Les agents ont rencontré plusieurs individus soupçonnés d’être soumis à des conditions et (qui) ont refusé de retirer leur couvre-visage intégral. Ils ont été arrêtés pour obstruction, mais libérés sans inculpation une fois l’identification confirmée.»

Les chefs héréditaires et leurs partisans affirment que les conseils de bande élus ont compétence sur leurs terres de réserve, mais pas sur les 22 000 kilomètres carrés de territoire Wet’suwet’en qui n’ont jamais été cédés.

«Les plus hauts tribunaux du Canada ont reconnu que ce sont les chefs héréditaires qui ont compétence et qui ont le titre», a déclaré Sleydo».

La Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones exige que les gouvernements obtiennent un consentement libre, préalable et éclairé avant de prendre des mesures qui affectent les peuples autochtones et leurs terres, a-t-elle noté.

La Colombie-Britannique a adopté une loi à la fin de 2019 obligeant la province à aligner ses lois sur la déclaration, un processus qui prendra des années.

Le gouvernement fédéral a adopté une loi similaire l’année dernière

Sur le même sujet

Marilynn Malerba, cheffe autochtone, nommée trésorière des États-Unis

21/06/2022 | AFP

Ce poste a été l’un des premiers au sein du gouvernement américain à s’ouvrir à la diversité.

QS présente 5 candidatures issues des Premières Nations en vue du scrutin général

La seconde opposition à l’Assemblée nationale affirme qu’il s’agit d’un nombre record de candidatures autochtones.

À la une

Bourse: Wall Street finit la semaine en hausse, moins anxieuse d'une récession et de l'inflation

Mis à jour à 17:10 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse de près de 350 points.

Bourse: un parallèle avec le début des années 2000

EXPERT INVITÉ. Je suis en train de lire «No Rules Rules» écrit par Reed Hastings, le cofondateur de Netflix.

Le français, notre langue d'affaires

BLOGUE INVITÉ. Soyons fiers de cette langue rassembleuse qui rythme nos vies depuis des générations.