Ottawa offre 750M$ aux villes pour soutenir le transport en commun, en crise

Publié le 17/02/2022 à 13:46

Ottawa offre 750M$ aux villes pour soutenir le transport en commun, en crise

Publié le 17/02/2022 à 13:46

Par La Presse Canadienne

La Société de transport de Montréal a affiché en décembre un «manque à gagner» de 43 M$, qui devra être résorbé au cours de 2022 puisque la STM ne peut pas faire de déficits. (Photo: La Presse Canadienne)

Ottawa — Le gouvernement fédéral offre aux municipalités une injection ponctuelle de 750 millions $ pour compenser en partie le manque à gagner des revenus du transport en commun pendant la pandémie.

Cet engagement fédéral s’accompagne toutefois de ce que la ministre des Finances, Chrystia Freeland, appelle deux «conditions raisonnables»: les provinces devront égaler le financement fédéral, et elles devront travailler avec les municipalités pour accélérer l’offre de logements.

Mme Freeland reconnaît que les municipalités ont besoin d’une aide financière pour gérer les répercussions financières de la pandémie et entretenir leurs systèmes de transport en commun.

À (re)lire: Les villes demandent du financement en transport en commun

L’achalandage a chuté du jour au lendemain dès le début de la première vague de COVID-19, en mars 2020, et il est demeuré faible pendant une suite de confinements et de restrictions sanitaires. Le manque à gagner au chapitre des revenus d’exploitation a privé les municipalités des sommes nécessaires pour faire fonctionner et entretenir leurs réseaux de transport public.

Pendant la plus récente campagne électorale, l’an dernier, les maires des plus grandes villes du Canada ont demandé un engagement de financement pluriannuel pour aider à combler ces manques à gagner, qui pourraient perdurer bien après la pandémie.

À la fin du mois dernier, la Fédération canadienne des municipalités (FCM) a soulevé le besoin d’un soutien financier urgent, alors que la vague Omicron de COVID-19 a encore mis à rude épreuve les systèmes, prolongeant les graves problèmes d’achalandage et de revenus d’exploitation.

La Société de transport de Montréal a ainsi affiché en décembre un «manque à gagner» de 43 millions $, qui devra être résorbé au cours de 2022 puisque la STM ne peut pas faire de déficits.

À Toronto, le déficit de fonctionnement cette année devrait être de 561 millions $ ; Vancouver anticipe jusqu’à 100 millions $ et Edmonton 53,7 millions $. 

Le caucus des maires des grandes villes de la FCM a déjà souligné qu’un financement insuffisant pourrait entraîner des réductions de services, des hausses de tarifs ou des augmentations de taxes foncières qui pourraient limiter la reprise économique au pays.

À la une

Bourse: Toronto clôture en baisse de près de 200 points

Mis à jour il y a 9 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street finit en ordre dispersé, la baisse des taux profite au secteur technologique.

À surveiller: Boralex, Air Canada et Canopy Growth

09:15 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Boralex, Air Canada et Canopy Growth ? Voici quelques recommandations d’analystes.

Les Américains exportent désormais plus de gaz en Europe que les Russes

Depuis le début de l’invasion de l'Ukraine, les exportations de gaz russe en Europe ont chuté de moitié, selon l'AIÉ.