La productivité canadienne chute de 5,8% en 2021

Publié le 20/05/2022 à 14:30

La productivité canadienne chute de 5,8% en 2021

Publié le 20/05/2022 à 14:30

Par Camille Robillard

 

Après avoir enregistré une hausse record de 7,8% en 2020, la productivité des entreprises canadiennes a baissé de 5,8% au cours de la dernière année. «Pour une deuxième année consécutive, la productivité enregistrée dans la majorité des provinces a évolué dans le sens du produit intérieur brut des entreprises et des heures travaillées», révèle Statistique Canada. 
Au Québec, la productivité a chuté de 3,9% en 2021, selon les données révélées par Statistique Canada. Alors que le nombre d’heures travaillées dans le secteur des entreprises y a augmenté de 10,4%, la province a également enregistré une perte de 63 442 000 heures de travail en raison de la pandémie de COVID-19. Il s’agit de la deuxième province ayant enregistré une plus grande perte, tout de suite derrière l’Ontario (-187 758 000). Au pays, ce sont 377,4 millions d’heures de travail qui ont été perdues en 2021, soit un nombre beaucoup moins important que celui enregistré en 2020 (-835,8 millions d’heures).  
Les provinces et les territoires qui ont enregistré une hausse de productivité sont le Yukon (+7,9%) l’Île-du-Prince-Édouard (+0,5%), le Nouveau-Brunswick (+0,7%) et le Nunavut (+2,4%). Cependant, la croissance des heures travaillées est respectivement de 5,1%, 7,3%, 5,4% et 5,4%, soit moindre qu’ailleurs au pays. 
Néanmoins, les trois territoires — Yukon, Nunavut et Territoires du Nord-Ouest — ont été les moins touchés en 2021 avec une perte commune 38 000 heures de travail. 

 

Après avoir enregistré une hausse record de 7,8% en 2020, la productivité des entreprises canadiennes a baissé de 5,8% au cours de la dernière année. «Pour une deuxième année consécutive, la productivité enregistrée dans la majorité des provinces a évolué dans le sens du produit intérieur brut des entreprises et des heures travaillées», révèle Statistique Canada

Au Québec, la productivité a chuté de 3,9% en 2021, selon les données rendues publiques par Statistique Canada. Alors que le nombre d’heures travaillées dans le secteur des entreprises y a augmenté de 10,4%, la province a également enregistré une perte de 63 442 000 heures de travail en raison de la pandémie de COVID-19. Il s’agit de la deuxième province ayant enregistré une plus grande perte, tout de suite derrière l’Ontario (-187 758 000). Au pays, ce sont 377,4 millions d’heures de travail qui ont été perdues en 2021, soit un nombre beaucoup moins important que celui enregistré en 2020 (-835,8 millions d’heures).  

Les provinces et les territoires qui ont enregistré une hausse de productivité sont le Yukon (+7,9%) l’Île-du-Prince-Édouard (+0,5%), le Nouveau-Brunswick (+0,7%) et le Nunavut (+2,4%). Cependant, la croissance des heures travaillées est respectivement de 5,1%, 7,3%, 5,4% et 5,4%, soit moindre qu’ailleurs au pays. 

Néanmoins, les trois territoires — Yukon, Nunavut et Territoires du Nord-Ouest — ont été les moins touchés en 2021 avec une perte commune 38 000 heures de travail. 

Sur le même sujet

Mélanie Joly au G20 cette semaine, même si le ministre russe y sera

Mis à jour à 18:07 | La Presse Canadienne

Mélanie Joly ne serrera pas la main de son homologue russe, Sergueï Lavrov.

Ukraine: Zelensky pense que la Biélorussie n'entrera pas en guerre

Mis à jour à 09:26 | AFP

Les alliés de l'Ukraine posent les premiers jalons de la reconstruction du pays estimée à 750G$US.

À la une

Bourse: Toronto clôture en baisse de près de 200 points

Mis à jour à 17:47 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street finit en ordre dispersé, la baisse des taux profite au secteur technologique.

À surveiller: Boralex, Air Canada et Canopy Growth

09:15 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Boralex, Air Canada et Canopy Growth ? Voici quelques recommandations d’analystes.

Les sociétés technologiques affichent moins de postes

Les start-up ont commencé à gérer leurs finances de manière plus serrée en raison de la débâcle du secteur à la Bourse.