La BCE veut «décarbonner» les actifs à son bilan à compter d'octobre

Publié le 04/07/2022 à 09:46, mis à jour le 04/07/2022 à 09:49

La BCE veut «décarbonner» les actifs à son bilan à compter d'octobre

Publié le 04/07/2022 à 09:46, mis à jour le 04/07/2022 à 09:49

Par AFP

Concrètement la BCE vise «à partir d'octobre 2022» à «décarboner progressivement son portefeuille d'obligations d'entreprises» accumulé ces dernières années et lourd d'environ 350 milliards d'euros. (Photo: 123RF)

Francfort — La Banque centrale européenne (BCE) veut «décarboner» à compter d'octobre le portefeuille de dettes d'entreprise à son bilan, espérant que cela incitera les gros émetteurs de CO2 à verdir leurs activités.

Les mesures adoptées par le conseil des gouverneurs de la BCE, un an après l'adoption d'une nouvelle stratégie, «visent à mieux prendre en compte le risque financier lié au climat dans le bilan (des banques centrales de la zone euro)» et à «soutenir la transition verte de l'économie conformément aux objectifs de neutralité climatique de l'UE», selon un communiqué publié lundi.

Concrètement la BCE vise «à partir d'octobre 2022» à «décarboner progressivement son portefeuille d'obligations d'entreprises» accumulé ces dernières années et lourd d'environ 350 milliards d'euros.

Ce portefeuille montre un déséquilibre significatif en faveur des entreprises et des industries nuisibles au climat, qui émettent aussi le plus de dettes sur le marché.

L'institut «fera basculer ces avoirs vers des émetteurs aux meilleures performances climatiques», et ce, alors que près de 10% du portefeuille au bilan, soit 30 milliards d'euros, devront être réinvestis chaque année.

La BCE n'a cependant pas communiqué dans quelle proportion elle va verdir sa politique de réinvestissement au détriment d'entreprises moins performantes sur le climat.

Le principe est que «nous encourageons davantage les entreprises à réduire leurs émissions», a indiqué Isabel Schnabel, membre du directoire de la BCE, lors d'un point presse.

Mais «aucune entreprise ne sera entièrement exclue du portefeuille», a-t-elle ajouté.

Autre mesure annoncée: d'ici fin 2024, les actifs apportés en garantie pour emprunter auprès d'une banque centrale de la zone euro seront limités s'il s'agit d'actifs émis par des entreprises polluantes.

Ces actifs devront par ailleurs se conformer à la directive sur la publication d'informations en matière de durabilité (CSRD) pour être éligibles comme garantie.

Mais ce texte censé s'appliquer à près de 50 000 entreprises dans l'UE voit sa mise en œuvre retardée, c'est pourquoi les critères d'éligibilité de la BCE ne devraient s'appliquer qu'à partir de 2026.

Le concept de prêts «verts» de la BCE aux banques pour financer des projets durables, cher à la présidente Christine Lagarde, reste lui absent de ce catalogue de mesures.

En voulant verdir sa politique monétaire, la BCE dit agir en «pleine conformité» avec l'objectif de ramener l'inflation à 2%, au moment où la transition vers une économie durable est susceptible d'entretenir la hausse des prix, déjà parvenue à des niveaux records.

Sur le même sujet

La hausse des taux est devenue le mot d'ordre des banques centrales

22/07/2022 | AFP

Selon le Fonds monétaire international, 75% des banques centrales suivies ont remonté leur taux ces 12 derniers mois.

La BCE, plus agressive que prévu, met fin à l'ère des taux négatifs

Mis à jour le 21/07/2022 | AFP

La Banque centrale européenne a décidé jeudi d'augmenter ses taux d'intérêt pour la première fois en plus de dix ans.

À la une

Stations de ravitaillement d’hydrogène: la Québécoise Charbone conclut une entente

Il y a 8 minutes | La Presse Canadienne

Charbone a donné en juin le premier coup de pelle de la construction de son usine d’hydrogène vert à Sorel-Tracy.

Hydrogène: le Canada veut aider l'Allemagne, mais des experts ont des réserves

Certains experts croient que l'hydrogène vert a un prix élevé et ne pourra pas aider l’Allemagne à court terme.

Ce que je ferais de différent

BLOGUE INVITÉ. Après une quinzaine d’années en affaires, le Nicolas d’aujourd’hui est-il si différent?