La Banque du Canada est «indépendante de la politique», insiste Trudeau

Publié le 12/05/2022 à 16:45

La Banque du Canada est «indépendante de la politique», insiste Trudeau

Publié le 12/05/2022 à 16:45

Par La Presse Canadienne

Le premier ministre Justin Trudeau a vigoureusement défendu jeudi l’indépendance de la Banque du Canada. (Photo: La Presse Canadienne)

Ottawa — Le premier ministre Justin Trudeau a vigoureusement défendu jeudi l’indépendance de la Banque du Canada qu’attaquait encore la veille celui qui est considéré comme le meneur de la course à la direction du Parti conservateur du Canada, Pierre Poilievre.

«La qualité et le respect que les gens à travers le monde ont pour le dollar canadien vient directement du fait que nous avons une banque centrale indépendante de la politique», a déclaré M. Trudeau à la suite d’une rencontre avec le premier ministre de la Lettonie, Krišjānis Kariņš.

La Banque du Canada est «hautement réputée à l’international», a-t-il insisté en vantant sa «rigueur», son «professionnalisme» et son «indépendance des machinations politiques».

Lors du premier débat officiel de la course à la direction du Parti conservateur du Canada, mercredi soir, M. Poilievre a affirmé qu’il licencierait le gouverneur de la Banque du Canada, Tiff Macklem, parce que le taux d’inflation au pays n’a pas atteint de tels sommets depuis des décennies.

«Le gouverneur de la Banque du Canada s’est permis de devenir le guichet automatique de ce gouvernement. Je le remplacerais donc par un nouveau gouverneur qui rétablirait notre mandat de faible inflation, protégerait le pouvoir d’achat de notre dollar et honorerait les travailleurs qui gagnent ces dollars», a déclaré M. Poilievre.

L’ancien premier ministre du Québec Jean Charest a répondu en disant que les propos du député étaient irresponsables et montrent un manque de confiance envers le système.

M. Trudeau a estimé jeudi que les propos de M. Poilievre sont «désolants» et démontrent un «manque de leadership responsable». Il s’est gardé de commenter davantage, estimant que c’est aux membres conservateurs de faire un choix.

Au cours des dernières semaines, M. Poilievre a vanté les mérites des cryptomonnaies comme «un remède contre l’inflation».

Il a également tenu une conférence de presse devant l’édifice de la Banque du Canada, à Ottawa, durant laquelle il a dénoncé les «soi-disant experts» de l’institution qu’il estime de surcroît être «financièrement illettré».

Questionné à cette occasion sur ses connaissances en économie, M. Poilievre a mentionné avoir posé une vingtaine de questions en Chambre sur l’inflation.

«C’est très bien documenté ma formation: 20 fois à la Chambre des communes j’ai prévu l’inflation qu’on a aujourd’hui», a-t-il dit, ajoutant que cela démontre que «j’ai raison, ils ont tort».

Les candidats à la direction du Parti conservateur débattront pour une dernière fois le 25 mai à Laval. Les membres de la formation devront élire leur prochain chef le 10 septembre.

 

Sur le même sujet

La BCE veut «décarbonner» les actifs à son bilan à compter d'octobre

Mis à jour le 04/07/2022 | AFP

Ce portefeuille montre un déséquilibre significatif en faveur des entreprises et des industries nuisibles au climat.

La BCE met les banques en garde sur les dividendes

Mis à jour le 30/06/2022 | AFP

La BCE compte demander aux grandes banques de réexaminer leurs plans quant au risque de récession.

À la une

Bourse: Toronto clôture en hausse de plus de 150 points, Wall Street fermée

Mis à jour le 04/07/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. À Wall Street, les marchés étaient fermés en raison de la fête nationale des États-Unis.

À surveiller: Alimentation Couche-Tard, Shopify et Quincaillerie Richelieu

04/07/2022 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Couche-Tard, Shopify et Quincaillerie Richelieu ? Voici quelques recommandations.

Les fondations doivent-elles planifier leur disparition?

Édition du 11 Mai 2022 | Maxime Bilodeau

PHILANTHROPIE. «Est-ce qu’on y gagnerait davantage collectivement si les fondations acceptaient de mourir?»