La Banque du Canada a aussi pour mandat de réduire les inégalités, dit son gouverneur

Publié le 09/11/2021 à 20:15

La Banque du Canada a aussi pour mandat de réduire les inégalités, dit son gouverneur

Publié le 09/11/2021 à 20:15

Par La Presse Canadienne

«Mon point de vue personnel est que nous sommes chargés de servir nos citoyens, pas certains de nos citoyens», a lancé le gouverneur de la Banque du Canada Tiff Macklem. (Photo: La Presse Canadienne)

Ottawa — Le gouverneur de la Banque du Canada a présenté un argument en faveur des actions de la banque centrale pendant la pandémie, quelques heures après que le chef de l’opposition du pays a suggéré à l’institution de se concentrer sur sa cible d’inflation.

La Banque du Canada a adopté des mesures exceptionnelles pendant la pandémie pour faciliter les emprunts et encourager les taux d’intérêt bas pour stimuler la demande.

Son programme d’achat d’obligations d’État, connu sous le nom d’assouplissement quantitatif, a encouragé des taux bas sur les prêts hypothécaires et les prêts aux entreprises, notamment, tout en maintenant les coûts d’emprunt bas pour un gouvernement fédéral dépensant des montants historiques en aide d’urgence.

Prenant la parole lors d’une conférence des banques centrales, Tiff Macklem a déclaré que la création d’une reprise inclusive était fondamentale pour le rôle de la banque centrale dans la gestion de l’économie.

M. Macklem a fait écho aux appels plus tôt dans la journée de son homologue américain selon lesquels le fait de laisser intactes les inégalités enracinées empêche certains citoyens et certaines économies d’atteindre leur plein potentiel.

Le gouverneur a également déclaré que les discussions sur la manière de créer une reprise inclusive ne devraient pas être considérées comme une extension des mandats des banques centrales, mais plutôt comme faisant déjà partie de leurs missions.

«Cette conversation au sein des banques centrales a déclenché un débat quant à savoir si les banques centrales élargissent leurs mandats, si nous allons trop loin et si nous détournons notre attention d’une cible d’inflation, et même une critique selon laquelle nous devrions rester dans notre voie», a-t-il déclaré mardi.

«Mon point de vue personnel est que nous sommes chargés de servir nos citoyens, pas certains de nos citoyens», a-t-il lancé.

M. Macklem a fait ces commentaires pour clore la conférence sur la diversité et l’inclusion organisée conjointement par la Banque du Canada, la Réserve fédérale américaine, la Banque d’Angleterre et la Banque centrale européenne. La Banque du Canada devrait être l’hôte de la conférence l’an prochain.

Mais avant cela, le gouvernement fédéral doit renouveler le mandat de la Banque du Canada, ce qui s’est produit tous les cinq ans au cours des trois dernières décennies.

La banque a été chargée d’ancrer l’inflation entre un et trois pour cent, une fourchette qui la conduit généralement à une cible à environ deux pour cent.

La pandémie a bouleversé le cadre d’inflation de la banque centrale, d’abord en réduisant l’inflation en 2020 à 0,7%, et en envoyant maintenant l’indice des prix à la consommation à un sommet en 18 ans — le taux d’inflation annuel était de 4,4% en septembre — dans la foulée des problèmes de chaîne d’approvisionnement. M. Macklem a prévenu que les taux d’inflation augmenteraient davantage, les maintenant plus élevés plus longtemps.

Les montagnes russes inflationnistes ont déclenché des appels sur la Colline du Parlement de la part des conservateurs de l’opposition que les propres actions de la banque centrale, associées à des déficits historiques, font augmenter le coût de la vie.

S’adressant aux journalistes plus tôt dans la journée, le chef conservateur Erin O’Toole a averti le premier ministre Justin Trudeau que les directives données à la banque centrale devraient se concentrer uniquement sur l’atteinte d’une cible d’inflation et rien de plus.

«Nous sommes vraiment inquiets pour notre avenir économique», a déclaré M. O’Toole après avoir annoncé que Pierre Poilievre, un critique vigoureux de la banque centrale, sera son nouveau porte-parole en matière de finances.

«Nous ne pensons pas non plus que le mandat de la banque devrait être étendu — nous avons été très clairs à ce sujet — pour inclure une gamme d’autres facteurs. Nous devons nous concentrer sur nos fondamentaux.»

Une décision sur le mandat de la banque centrale devrait être prise d’ici la fin de cette année, ou au début de l’année prochaine.

Les conservateurs ont également attaqué le programme d’assouplissement quantitatif de la banque centrale, qui a réduit les rendements des obligations d’État à court terme et a probablement incité les acheteurs à penser davantage aux obligations à long terme qui bloquent la dette aux faibles taux d’intérêt actuels.

M. Macklem a déclaré mardi que le programme d’achat d’obligations remettait en question les perceptions du public quant à l’indépendance de la Banque du Canada vis-à-vis de l’influence politique.

Il a également soutenu qu’il était plus important que jamais que les banques centrales soient claires sur leurs actions et leurs objectifs.

«La confiance vient lorsque tout le monde comprend les actions que nous prenons et pourquoi (nous les prenons)», a-t-il dit.

À la une

Ça rapporte d’investir dans des organismes communautaires

24/01/2022 | Emmanuel Martinez

Investir dans les organismes communautaires est bon pour l’économie, selon une étude de la firme AppEco.

Bourse: Wall Street sauve les meubles et termine en hausse

Mis à jour le 24/01/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto rebondit en fin de journée mais termine quand même dans le rouge.

À surveiller: Peloton Interactive, Metro et Innergex

24/01/2022 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Peloton Interactive, Metro et Innergex? Voici quelques recommandations d’analystes.