L'autorité réglementaire des banques s'attend à plus de volatilité dans le secteur

Publié le 29/09/2021 à 16:44

L'autorité réglementaire des banques s'attend à plus de volatilité dans le secteur

Publié le 29/09/2021 à 16:44

Par La Presse Canadienne

L’environnement de risque exige une transformation de l’approche et de l’organisation au sein de l’autorité réglementaire. (Photo: 123RF)

Toronto — Le chef de l’organisme de réglementation bancaire du Canada a indiqué mercredi qu’il s’attendait à observer plus fréquemment des tempêtes de volatilité dans le secteur financier.

Dans son premier discours depuis son arrivée, en juin, à la tête du Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF), Peter Routledge a souligné que le changement climatique et la numérisation étaient les deux plus grands risques auxquels le secteur est aujourd’hui confronté.

S’exprimant virtuellement dans le cadre du sommet annuel de l’Institut du risque mondial, il a affirmé que l’environnement de risque exigeait une transformation de l’approche et de l’organisation au sein de l’autorité réglementaire, afin de relever les défis à venir.

Au sujet du changement climatique, M. Routledge a affirmé que le régulateur s’efforçait de mieux comprendre les risques et d’augmenter les divulgations, puisque les données actuelles sont insuffisantes.

Il a ajouté que l’ère numérique créait un espace pour l’innovation, mais que les Canadiens s’attendaient à ce que les autorités réglementaires équilibrent cette innovation avec la stabilité financière.

Pour relever les défis à venir, M. Routledge a indiqué qu’il se concentrerait sur la transformation de la culture du BSIF, notamment en mettant davantage l’accent sur la sécurité psychologique et la diversité, ainsi que sur l’amélioration des données et la mise à jour de son cadre de surveillance.

 

Sur le même sujet

À la une

Mini-budget Girard: un exercice d'équilibriste

Mis à jour à 13:06 | Jean-Paul Gagné

CHRONIQUE. Éric Girard avait raison d’afficher un large sourire quand il a présenté son mini-budget.

Négocions un Buy North American, ça presse!

ANALYSE. Le nationalisme économique et le protectionnisme aux É.-U. sont là pour de bon. Il faut un «game changer».

Que la politique s'occupe mieux de nous!

COURRIER DES LECTEURS. Le taux de participation, je l’ai aussi en travers de la gorge! Mais pas pour les mêmes raisons…