L'Alliance de la fonction publique déclare l'impasse dans les négociations

Publié le 18/05/2022 à 10:04

L'Alliance de la fonction publique déclare l'impasse dans les négociations

Publié le 18/05/2022 à 10:04

Par La Presse Canadienne

Chris Aylward, président national du syndicat, affirme que les produits de tous les jours comme l’épicerie, l’essence et les services publics deviennent inabordables. (Photo: La Presse Canadienne)

Ottawa — Le plus grand syndicat du secteur public fédéral au Canada dit avoir déclaré l’impasse dans les négociations avec Ottawa et prévoit déposer une demande de conciliation dans l’espoir de parvenir à un règlement.

L’Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC) affirme que le gouvernement fédéral n’a pas fourni d’offre salariale qui protège les travailleurs contre la montée de l’inflation.

Elle indique qu’Ottawa a offert des augmentations de salaire de 1,75% en moyenne par année sur une convention collective de quatre ans.

Le syndicat représente plus de 120 000 travailleuses et travailleurs de la fonction publique fédérale actuellement en négociation avec le Conseil du Trésor du Canada.

Chris Aylward, président national du syndicat, affirme que les produits de tous les jours comme l’épicerie, l’essence et les services publics deviennent inabordables et que les travailleurs ont besoin de meilleurs salaires pour faire face à la flambée des coûts.

Le syndicat affirme que d’autres revendications clés incluent la lutte contre le racisme systémique dans la fonction publique fédérale et l’amélioration des lieux de travail post-pandémiques avec plus d’options de travail à distance et le droit de se déconnecter.

À la une

Bourse: Wall Street finit la semaine en hausse, moins anxieuse d'une récession et de l'inflation

Mis à jour le 24/06/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse de près de 350 points.

Bourse: un parallèle avec le début des années 2000

24/06/2022 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Je suis en train de lire «No Rules Rules» écrit par Reed Hastings, le cofondateur de Netflix.

Le français, notre langue d'affaires

BLOGUE INVITÉ. Soyons fiers de cette langue rassembleuse qui rythme nos vies depuis des générations.